Home Actualité La grève des enseignants, quelques cours à « Cheikh Anta Diop »,...

La grève des enseignants, quelques cours à « Cheikh Anta Diop », le désert à « Blaise Diagne »

Le Saes et le cadre syndical Saems-Cusems (Syndicat autonome des Enseignants du Supérieur et le Cadre unitaire des enseignants du Moyen et du Secondaire) a observé une grève de 48 heures, à compter de ce lundi 6 janvier. A l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar où nous nous sommes rendus ce matin, il n’y a pas eu de cours à la Faculté des Sciences juridiques et politiques. Des étudiants venus certainement pour les cours étaient massés devant des tableaux d’affichage. La plupart pour vérifier leurs notes obtenues aux examens. D’autres, sur les bancs publics discutaient ou révisaient leurs cours. A la salle des professeurs, sous l’anonymat un homme renseigne qu’aucun professeur n’est encore là.  » Vous pouvez attendre un instant, peut être qu’il y aura un professeur pour répondre à vos questions. Peine perdue ! Pendant une dizaine de minutes pas un seul enseignant qui se présente à nous.

Trouvé sur les lieux, nous interpellons le ministre Conseiller du président de la République, sur cette grève,  » Je ne suis au courant de rien, réplique-t-il. Ismaila Madio Fall de préciser:  » je suis détaché et d’ailleurs je ne suis même pas payé par l’université. Après une longue attente, nous nous dirigeons vers les Facultés de Médecine, Pharmacie et Odontologie pour nous enquérir du mot d’ordre de grève du syndicat des enseignants décrété à partir de ce lundi. Ici, des étudiants en première année ont fait cours en Chimie. La salle qui abrite le cours magistral a refusé du monde. A dix heures passées d’une vingtaine de minutes, il n’y a plus de places. Les retardataires sont obligés de se tenir debout pour écouter et prendre des notes.

Autre lieu, autre décor. Au lycée Blaise Diagne de Dakar, des cours ont été dispensés. A la salle des professeurs, un enseignant nouvellement installé dans cet établissement dit ignorer cette grève ;  » puisque je suis nouveau, je ne suis pas syndiqué. A cet effet, je ne suis pas concerné par cette grève que vous venez de m’apprendre monsieur, a-t-il laissé entendre avec nonchalance. Le professeur de langue italienne nous demande d’aller nous renseigner auprès des anciens professeurs ou proviseurs. Ainsi nous rejoignons l’endroit indiqué. Mais nous n’avons pu rencontrer le proviseur. Sa secrétaire nous sert deux explications. D’abord,  » le proviseur est au téléphone, ensuite,  » le proviseur dit qu’il est occupé. A notre sortie dans la cour des élèves sont assis sur les bancs publics. D’autres, pain à la main, grignotent ou manipule leurs téléphones, entre autres activités.

Tapa TOUNKARA
Photos: Marème Naar DIAGNE

iGFM (Dakar)

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Quitter la version mobile