vendredi, février 23, 2024

Conflit israélo-palestinien: deux otages libérés, une centaine de Palestiniens tués dans l’attaque israélienne à Rafah

Ne ratez pas!

 

Israël a annoncé lundi avoir libéré deux otages à Rafah, ultime cible affichée de son offensive dans la bande de Gaza. Le ministère de la Santé du Hamas, au pouvoir dans l’enclave palestinienne, a fait état d' »environ 100 morts » côté palestinien lors de cette opération nocturne. Rafah est devenue un gigantesque campement et le dernier refuge pour 1,4 million de Palestiniens coincés à la frontière fermée avec l’Égypte, selon l’Onu.

Israël a affirmé que les frappes dans la nuit de dimanche à lundi ne s’inscrivaient pas dans le lancement de son offensive annoncée sur Rafah, à la frontière avec l’Égypte, où se masse actuellement la majeure partie de la population civile gazaouie. Selon l’État hébreu, il s’agit d’une opération pour récupérer deux otages enlevés le 7 octobre lors de l’attaque sans précédent des combattants du Hamas dans le sud d’Israël, point de départ de cette guerre.

« Fernando Simon Marman, 60 ans, et Louis Har, 70 ans, ont été récupérés lors d’une opération nocturne à Rafah menée conjointement par l’armée, le Shin Beth (Sécurité intérieure) et la police israéliennes », selon un communiqué de ces trois services. Enlevés au kibboutz Nir Yitzhak, les deux hommes ont été conduits au centre médical Sheba, à Ramat Gan, pour de premiers examens médicaux. « Ils sont dans un état stable », a indiqué à la presse Arnon Afek, le directeur de l’établissement.  

De son côté, le gouvernement du Hamas a relevé dans un communiqué en arabe une cinquantaine à « environ 100 morts » lors de cette attaque nocturne des forces israéliennes sur la ville de Rafah. Ces frappes ont touché 14 maisons et trois mosquées dans différents secteurs de Rafah, selon le gouvernement du Hamas.  

Dernier centre urbain où l’armée israélienne n’a pas encore pénétré, Rafah constitue le principal point d’entrée de l’aide humanitaire, insuffisante pour répondre aux besoins de la population menacée en plein hiver par la famine et les épidémies.  

Environ 250 personnes ont été enlevées le 7 octobre et emmenées à Gaza. Une trêve d’une semaine en novembre avait permis la libération de 105 otages en échange de 240 Palestiniens détenus par Israël. Avant la libération des deux derniers otages, Israël estimait que 132 étaient toujours détenus à Gaza, dont 29 seraient morts.

Articles récents

« C’était un homme d’un courage incroyable »: Joe Biden a rencontré la mère et la veuve d’Alexeï Navalny

Joe Biden a présenté jeudi ses condoléances à la veuve et à la fille d'Alexeï Navalny, lors d'une rencontre...

Notre sélection pour vous