Tamba : les journalistes à l’école du nouveau code de la presse

0

30 journalistes des régions de Tamba, Kédougou et du département de Vélingara ont bénéficié durant 3  jours  dans un hôtel de la place à Tamba  d’une formation sur le nouveau code de la presse Une initiative de la CJRS avec l’appui de la fondation FRIEDRICH EBERT STIFTUNG 

Voté en 2017 par l’Assemblée nationale  le nouveau code de la presse n’est pas toujours connu des journalistes et techniciens des médiats.  Aussi pour permettre à tous les acteurs des médiats d’avoir le même niveau d’information par rapport à ce nouveau code , la CJRS (la Convention des Jeunes Reporters du Sénégal) a  entamé une série de formation destinée à ces membres à travers le pays  . Ainsi après Dakar, la région de Tambacounda a été choisie pour abriter la deuxième formation.  C’est dans ce cadre d’ailleurs que s’inscrit la session de formation de trois  jours  du( 15 au17 octobre ) dans un hôtel en plein cœur de la capitale orientale. dont le thème portait sur «  Code de la presse : Enjeux, Défi et Perspectives » Selon Moussa Oumar Guèye, le point focal de la CJRS  zone Est  Tambacounda  –Kédougou  ,  cette session de  formation a été décrochée  par le bureau national  de la CJRS   , pour vulgariser avec la fondation FRIEDRICH EBERT  le contenu du code de la presse au profit des confrères et consœurs ,  «   Cette formation était une nécessite  si l’on sait que ,  nous sommes dans un monde ou il y’ a  un boom médiatique : d’un coté le journalisme citoyen et les professionnels de médiats de l’autre  , le journaliste doit avoir les arguments  et tout ce qu’il faut pour pouvoir savoir ou  poser les pieds .Et le code la presse qui attend le décret d’application nous permettra de mieux  nous professionnaliser dans notre domaine » A –t-il laissé entendre  .Au cours de cette session de formation les communications ont porté sur le nouveau code de la presse , la carte nationale de presse et sur l’étique et à la déontologie .  S’agissant du nouveau code de la presse, Ahmadou Bamba Kassé SG du Synpics  et par ailleurs l’un des formateurs   explique «   le nouveau code de  la presse a été voté en juin 2017, promulgué en juillet 2018   et publié au journal officiel, mais les décrets d’application qui doivent l’accompagner  ne sont pas encore  signés.  Ça pose un problème pour un pays démocratique comme le Sénégal » A –t-il déploré. Avant de poursuivre « Le Sénégal est  un pays  de référence  en matière de liberté et de  droits des journalistes,  où la liberté  de la  presse est une  réalité. Cependant on en peut pas après avoir réfléchi et  construit  un écosystème  de médiats , voté une loi continuer  et ne pas l’appliquer » Concernant la carte nationale de la presse ,Mr Daouda  Mine le président de la commission  de la carte nationale  de presse  précise qu’elle sera attribué à ceux qui remplissent les critères  notamment les journalistes sortis des écoles de formation . Cependant ajoute –t-il «  ceux ne sont pas sortis des écoles de journalistes  doivent avoir  la licence plus deux ans d’expérience.   Ceux qui ne remplissent pas les deux conditions  précitées  doivent avoir au minimum  une expérience de  10 ans dans le métier  » Babacar Diouf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here