Les désaccords persistent en Guinée-Bissau sur la question de la fin de la transition

Ne ratez pas!

C’est une course contre la montre que les autorités de transition ont engagée depuis une dizaine de jours. La Guinée-Bissau sera au cœur des débats le 9 mai au Conseil de sécurité de l’ONU. Les partis politiques, la société civile et l’armée sont réunis à l’Assemblée pour s’entendre avant cette date sur un calendrier détaillé des sept mois restant de la transition. Un consensus avait été trouvé. Mais l’euphorie a été de courte durée.

Les débats engagés depuis une semaine au Parlement sont loin de mettre toute la classe politique sur la même longueur d’ondes à propos de la nouvelle feuille de route pour la fin de la transition.

Un consensus a pourtant été obtenu mercredi 1er mai, autour du document dit « accord de principe politique ». Ce document propose les élections générales pour le mois de novembre et fixe la fin de la transition au 31 décembre.

Mais les intérêts personnels ou de partis ont vite pris le dessus. Le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert, l’ancien parti au pouvoir qui doit faire son entrée dans un gouvernement d’union, exige le poste de Premier ministre et trois autres portefeuilles ministériels.

Fil du dialogue rompu

Cette proposition a provoqué la colère du chef d’état-major des armées présent à l’Assemblée, le général Antony Ndiaye : « C’est vous qui nous posez des soucis ! a-t-il clamé. Vous ne voulez pas de progrès dans ce pays ! Nous n’avons donc pas de temps à perdre avec vous ! »

Les mots du général Ndiaye ont résonné comme une bombe. Le fil du dialogue a été rompu et un tollé général s’est installé dans l’hémicycle. Pour le leader du Parti de la nouvelle démocratie Yahya Diallo, l’Assemblée doit donc disparaître : « Je demande au président de la République de dissoudre, purement et simplement, le Parlement ».

Les discussions pourraient bien reprendre dès ce lundi 6 mai. Dans ce cas, le dernier mot reviendrait au président de transition, Manuel Serifo Nhamadjo. Il doit décider de la suite à donner à cette nouvelle feuille de route, en présentant un calendrier complet et précis des sept mois restants à la transition.

Source: Rfi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles récents

Notre sélection pour vous