Home Actualité International Poutine promet de répliquer après des poursuites contre un proche en Ukraine

Poutine promet de répliquer après des poursuites contre un proche en Ukraine

(Belga) Vladimir Poutine a assuré vendredi que la Russie devrait « réagir » après les poursuites entamées en Ukraine contre un influent député et magnat considéré comme un de ses proches, Viktor Medvedtchouk, placé en résidence surveillée.

« En gardant à l’esprit les menaces qui pèsent sur nous, nous devrons réagir en temps voulu », a-t-il déclaré durant une rencontre du Conseil de sécurité russe, faisant référence sans le citer aux poursuites visant son ami. Viktor Medvedtchouk dirige la « Plateforme d’opposition-Pour la vie », principale force d’opposition pro-russe d’Ukraine qui compte une quarantaine de députés au Parlement. Douzième fortune d’Ukraine avec 620 millions de dollars selon le magazine Forbes, il est accusé de « haute trahison » et de « tentative de pillage de ressources naturelles en Crimée », une péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014. Un tribunal ukrainien a ordonné jeudi son assignation à résidence jusqu’au 9 juillet, refusant sa mise en détention qui était réclamée par les enquêteurs, qui ont effectué des perquisitions dans deux de ses villas à Kiev et dans une banlieue huppée, ainsi que dans son bureau. En février, les autorités ukrainiennes avaient déjà imposé des sanctions au milliardaire et à son épouse et interdit trois chaînes de télévision prorusses appartenant officiellement à un autre député pro-russe, Taras Kozak, mais considérées comme étant contrôlées par M. Medvedtchouk. Affichant sa ferme opposition à l’Otan et à l’Union européenne, il accuse régulièrement Kiev de « n’avoir rien fait » pour mettre fin à la guerre avec les séparatistes prorusses dans l’est de l’Ukraine et plaide, comme Moscou, en faveur de la transformation de son pays en une fédération. Il avait servi pendant plusieurs années de représentant ukrainien dans les négociations avec les rebelles, une fonction qui avait été imposée par Moscou, selon Kiev. (Belga)

Quitter la version mobile