CONTRIBUTION : Faits marquants de l’année 2020 (par Ghansou Diambang)

0

« Chaque jour les événements se produisent à une vitesse soutenue si bien que faire le pari de choisir les faits saillants pour toute une année est un exercice à la fois fastidieux et subjectif. Mais, cela n’entache en rien la pertinence de cette tâche qui hormis son caractère d’information, de rappel des consciences constitue en soi un vibrant plaidoyer à une réflexion collective pour mieux comprendre les multiples évolutions du monde et en tirer les leçons qui soient les meilleures pour l’avenir de tous ».
En vous invitant à ce voyage, nous avons su glaner pour vous quatre événements majeurs en raison de leur importance et du fait qu’ils ont contribué à frapper les esprits.
1- La covid-19 : Un nouveau défi à la santé mondiale :
Si frustrante soit l’expérience, il convient de le rappeler ; l’année 2020 aura été particulièrement marquée par la question de la santé qui a fortement attiré les attentions et monopolisé les débats avec l’irruption de la pandémie du coronavirus dont le principal foyer de propagation est la chine, prochaine ou presqu’actuelle première puissance économique mondiale.
La vitesse de propagation du virus et les incidences de la maladie sur tous les autres secteurs étaient telles que toute l’opinion publique internationale a été plongée dans l’émoi.
Au demeurant, l’avènement de la covid-19 requiert plusieurs enseignements :
• Le premier nous le pensons a été la vulnérabilité de nos sociétés, l’extrême fragilité du système de santé mondiale en agonie depuis plusieurs décennies, affaibli par les crises successives qui le minent avec le problème de financement, et le tout sur fond de guerre entre puissances, entre les grandes firmes pharmaceutiques, les laboratoires de recherches, les perceptions médicales très opposées ;
• Le second se rapporte à l’interconnexion des secteurs avec les impacts ressentis de cette pandémie sur la montée des dettes publiques, les réaménagements budgétaires pour mettre en place des programmes de soutiens et de résilience aux secteurs lourdement affectés s’ils ne l’ont pas tous étaient, la montée du chômage de masse etc.
Sur ce plan, la leçon principale de la maladie est que lorsque la santé éternue, l’économie mondiale s’enrhume.
• Le troisième enseignement a mailles à partir avec les bouleversements sociaux constatés. En effet, la recherche d’alternatives rapides face à l’immédiateté de l’apparition du virus et de sa vitesse de propagation ont été telle que la famille et le lien social ont subi un coup dur même s’il faut se réjouir aussi du pendant avantageux des mesures notamment ; la restructuration des relations de proximité et de voisinage, la redéfinition de nouvelles formes de sociabilités, d’interactions sociales, l’adoption de pratiques relationnelles plus adaptées aux mesures de prévention de la maladie, bref l’adoption de nouvelles normes de travail et de civilités ;
• Le quatrième enseignement est que les populations ont fait l’expérience du couvre-feu, du confinement, des mesures barrières et la question de l’hygiène a refait surface.
• Le cinquième et non moins dernier enseignement à tirer, c’est qu’avec la maladie, l’idée de solidarité mondiale s’est imposée comme mesure politique standard entre Etats, d’où l’identification d’un schéma de coopération internationale pour faire face aux pandémies. Après la peste, le vih/sida et Ebola, la covid-19 a donné cette alerte.
Autrement dit, il s’avère vrai que nos peuples peuvent ériger toutes sortes de frontières pour soit disant protéger leurs populations. Pour preuve, à ce jour, près de 40 murs séparent des peules dans le monde selon les experts. Vous me direz peut être que nos murs érigés en boucliers antihumains pour filtrer les bons et les mauvais citoyens, nos lignes de fronts idéologiques identifiées et sécurisées avec une armada de polices frontalières et tout un dispositif militaire équipé des dernières découvertes technologiques, renforcés d’un système de surveillance géo-spatial n’ont finalement produit aucun effet pour empêcher le déplacement des insectes et des virus qui aujourd’hui circulent en toute liberté et font des ravages sur toute la surface de la planète.
Les plus belles leçons de management nous viennent des animaux disait un célèbre penseur, je vous laisse deviner la suite.
2- Election présidentielle aux Etats Unis : La fin du mythe Trump
Après moult décomptes et recomptes des cartes d’électeurs exigées par les républicains, malgré les multiples menaces, frasques, agissements démoniaques, les attitudes théâtrales et parfois grimaçantes de trump, les américains semblent avoir renoué avec la raison et la sérénité en allant le 04 novembre à la reconquête de la démocratie accordant une éclatante victoire qui permettra à Joe Biden d’être le prochain locataire de la maison blanche.
Ainsi, certains politologues, adeptes du buzz médiatique après plusieurs errements constatés de par le passé revoient leur note.
L’arrivée de Donald Trump à la tête de la magistrature américaine en 2016 a été un véritable coup de figure infligé aux plus éminents analystes politiques du monde surpris par la chute jusque là faiblement expliquée d’Hillary Clinton.
Malgré les prouesses économiques réalisées par le milliardaire qui a le mérite durant son mandat de défendre mordicus la pureté américaine en faisant la promotion du « America First », les américains donnent l’air d’avoir été trompés par trump dont le règne a été truffé de limogeages, de démissions, d’erreurs diplomatiques et de frustrations au sein de l’administration publique.
Sans surprise, ces errements ont payé cache mettant à nue la crédibilité et la dignité du pays que l’on pensait être le chantre de la démocratie.
Figurez-vous, la transition Trump-Biden est tellement agitée qu’elle détermine d’or et déjà les défis stratégiques de la future équipe appelée à conduire le destin des américains ; il s’agira entre autres de retravailler l’image de l’Amérique puissante, de réparer les fautes fatales commises aussi bien du point de vue de la diplomatie que des relations extérieures avec les géants de la planète sur les sujets brûlants dont celui du climat et de l’écologie, les interventions de l’OTAN dans les foyers de tension internationale devenus plus nombreux, la maitrise du terrorisme.
Il s’agira aussi de tenter de recoller les morceaux d’une administration perdue, la gestion de la sécurité sociale et du chômage.
Pourtant sensible au devenir de son pays, l’ex président Barack Obama a dans une interview avec des médias de la place exprimé le malaise profond qui affecterait à l’heure actuelle la société Américaine grâce au regain de violences constatées et à la sempiternelle question de l’intégration des noirs Américains. Bref, l’Amérique est condamnée à se réinventer ou elle mourra. L’histoire nous en dira plus.
3- Troubles politiques, menaces terroristes et crises migratoires : l’Afrique de l’ouest renoue avec l’insécurité :
Scénario prévisible, considérée jusque là comme le corridor de la stabilité en Afrique, l’ouest du continent est depuis près de 10 ans la cible de réseaux terroristes et le nouveau foyer des troubles.
En outre, initialement caractérisée par des vagues de transitions politiques vers les années 2000, cette partie du continent enchantait des lendemains meilleurs et annonçait un parfum de démocratie enviable liée en grande partie à un sursaut de conscience populaire de la part de la société civile.
Mais, très vite l’Afrique de l’ouest changera de cap.
Pour causes, les écarts constatés entre cette panoplie de dirigeants gagnés par le secret de l’éternel président et des populations soucieuses du changement.
Contre toutes attentes, les résultats ont été mitigés : retour des républiques du silence, calculs politiques électoralistes, volonté de s’éterniser dans le pouvoir avec ce qu’il convient d’appeler la surprise du siècle c’est-à-dire le bricolage de troisièmes mandats (Guinée Conakry, Côte d’Ivoire) par l’usage de toutes les pratiques frauduleuses (manipulations ou révision des constitutions, referendums, volonté délibérée de décaler les élections, stratégies insidieuses de mise en silence et d’affaiblissement de toute opposition).
Globalement, les élections présidentielles organisées dans ces deux pays l’ont été sur fond de contestations sociales, d’arrangements entre lobbies et de boycotts.
Ce spectacle macabre et désolant a produit la « démocrature ou disons des démo-dictatures ».
L’année 2020 aura été marquée également par la montée du terrorisme en Afrique de l’ouest où l’ombre de réseaux comme AQMI, AL QUAIDA, ANSARDINE et BOKO HARAM plane.
Du Niger au Tchad en passant par le Nigéria, le Burkina Fasso et le Mali, les populations subissent de plein fouet la loi de groupes religieux organisés et dévoués à enterrer cet islam communautaire.
Dans la même dynamique, la question migratoire s’est invitée durant cette année écoulée dans les débats nationaux et internationaux mettant à visage découvert les tâtonnements de nos politiques et l’incapacité des Africains à trouver des alternatives crédibles à leur jeunesse toujours tentée par le péril absurde des mers et des océans devenus les nouveaux cimetières des candidats malheureux à l’émigration irrégulière.
De l’autre côté, la guerre des chiffres fait rage entre alarmistes et partisans de la modération. De 1.000 à 1.400 morts repêchés ou disparus au large de l’océan les tendances inquiètent et invitent à une réflexion sérieuse sur le sort de nos jeunes laissés à eux-mêmes.
Même si les remèdes semblent inefficaces, les causes sont connues tout de même : chômage de masse pour des jeunes en manque de repères et d’insertion professionnelle, précarité de l’emploi, violence économique au niveau des ménages, accumulation de frustrations.
4- Le football mondial perd une icône :
A 60 ans, Diégo Maradona tire sa révérence et baisse les bras devant un tragique arrêt cardiaque laissant derrière des millions d’orphelins adeptes du ballon rond.
Cette « main de dieu » qui avait marqué le but historique en 1986 face à l’Angleterre inspire encore des génies de la trame de Salah, de Sadio Mané.
Ghansou Diambang : Sociologue et travailleur social
77 617 48 12 ou 77 392 86 58
Email : gdiambang@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here