Des « interventions incohérentes » sur le patrimoine de Saint-Louis

Aly Sine a relevé de « l’incohérence » dans les « interventions » portant sur la valorisation économique et touristique de l’île de la capitale du nord, soulignant la nécessité d’une nouvelle politique de promotion basée notamment sur l’attractivité du territoire saint-lousien et l’amélioration de son cadre de vie.

Intervenant mercredi 29 août 2018 au cours d’un atelier sur « Le tourisme durable dans les sites du patrimoine mondial : le cas de Saint-Louis du Sénégal », Le directeur du patrimoine et du tourisme de la ville de Saint-Louis a pointé « l’incohérence des interventions des acteurs, avec des conflits de compétences et le non-respect des dispositions du PSMV », le Plan de sauvegarde et de mise en valeur (Psmv) du patrimoine saint-louisien.

L’expert en tourisme a également dénoncé les « constructions anarchiques », sur une partie de l’ile de Saint-Louis, autant de choses qui entravent « la valorisation économique et touristique du patrimoine » de l’ancienne capitale de l’Afrique occidentale française (Aof).

Or, a-t-il fait valoir, Saint-Louis constitue « un site exceptionnel et vulnérable à préserver et à protéger, avec son statut de patrimoine mondial à conserver », l’île disposant d’un « écosystème exceptionnel et vulnérable, à cheval entre un paysage terrien, fluvial et maritime ».

La « vieille ville » fait « malheureusement face à l’augmentation du patrimoine en péril, due à l’agression quotidienne du patrimoine, avec la de disparition d’édifices emblématiques », parmi lesquels le cinéma « REX » et l’ancienne résidence des adjoints au gouverneur de Saint-Louis.

Aly Sine a par ailleurs dressé un diagnostic peu reluisant du développement touristique de la « vieille ville », qui selon lui « est mal maîtrisé, à cause d’une absence de réelle politique de promotion touristique de la ville, depuis quelques années ».

Il a par exemple souligné l’absence d’une politique d’accompagnement des initiatives privées, ainsi que « la faible capacité » d’accueil des réceptifs d’hébergement lors des grands événements comme le fanal, le festival Jazz ou la prière des deux rakkas, etc.

Selon lui, « cette situation s’est aggravée avec le retard dans la mise en œuvre du Programme de développement touristique (PDT) de Saint-Louis, qui ne prend en charge que 10% du stock du patrimoine de l’île ».

Le directeur du patrimoine et du tourisme de Saint-Louis a également évoqué « les impacts » de l’exploitation future du gaz et du pétrole à Saint-Louis, en recommandant l’organisation des assises des acteurs du secteur du patrimoine et du tourisme à Saint-Louis, « pour partager la nouvelle vision de valorisation économique du patrimoine de l’île en novembre et décembre 2018 ».

Il s’agira, à cette occasion, de « définir une nouvelle stratégie pour la mise en œuvre du Plan stratégique de développement touristique de la ville en complément au PDT », le Plan de développement touristique, a expliqué Aly Sine.

Aussi a-t-il encouragé « la redynamisation » du syndicat d’initiative de Saint-Louis, avec la définition d’un nouveau cadre de collaboration et de réaménagement des locaux, toutes choses qui pourraient apporter un appui à la promotion touristique avec des villes partenaires de Saint-Louis.

Dans ce cadre, la définition d’une nouvelle politique de promotion de la destination Saint-Louis, devrait « s’appuyer sur les partenaires de Saint-Louis, dont les iles Canaries, Tenerife, La Laguna, Lille, en vue d’établir un réseau, a indiqué M. Sine, avant de suggérer la mise en place d’un conseil consultatif sur le tourisme à Saint-Louis.

Il estime que le renforcement de l’attractivité du territoire par l’amélioration du cadre de vie, l’éclairage public, la gestion des déchets et la valorisation du patrimoine immatériel et des savoir-faire locaux, peuvent devenir “des atouts pour une attraction du tourisme à Saint-Louis ».

APS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

vingt − 2 =