Home International Amérique Barack Obama fait ses adieux au zénith de sa popularité

Barack Obama fait ses adieux au zénith de sa popularité

C’est sa dernière prise de parole publique en tant que président: Barack Obama répond mercredi, à deux jours son départ, aux questions des journalistes, nanti d’une cote de popularité au zénith proche de celle dont il bénéficiait à son arrivée au pouvoir en 2009.

Sondage après sondage, les chiffres sont tous flatteurs pour le président démocrate qui s’apprête à céder la place au républicain Donald Trump, élu le 8 novembre à la surprise générale. Confronté à une série d’enquêtes défavorables, ce dernier a dénoncé mardi avec véhémence des « sondages truqués ».

Cruelle ironie pour Barack Obama qui rêvait qu’un démocrate lui succède pour cimenter son bilan: la coalition qui l’a porté au pouvoir à deux reprises (2008 et 2012) s’est peu mobilisée dans les urnes en faveur d’Hillary Clinton mais tire vers les bas les chiffres de popularité du magnat de l’immobilier qui s’apprête à lui succéder.

Selon le dernier sondage en date, réalisé par CNN/ORC et diffusé mercredi, 60% des Américains approuvent l’action de Barack Obama, son meilleur score depuis juin 2009.

Il figure en haut de tableau des présidents en fin de mandat, juste derrière Bill Clinton (66% en janvier 2001) et Ronald Reagan (64% en janvier 1989). Par ailleurs, près de deux tiers des Américains (65%) estiment que sa présidence a été un succès.

Le président démocrate, 55 ans, doit se présenter mercredi à 14H15 (19H15 GMT) devant les journalistes dans la salle de presse de la Maison Blanche.

Dans son derniers discours, il y a une semaine à Chicago, il avait exhorté les Américains à être des acteurs vigilants du processus démocratique.

« La démocratie peut flancher lorsque nous cédons à la peur », avait-il mis en garde. « Notre démocratie est menacée à chaque fois que nous la considérons comme acquise », a-t-il insisté, soulignant que la constitution américaine, « remarquable cadeau », n’avait aucun pouvoir en tant que telle.

– Trump ‘n’aime pas tweeter’ –

Le président élu, dont les diatribes matinales sur Twitter – de la diplomatie aux commentaires sur telle ou telle émission de télévision – tiennent le monde en haleine, a lui assuré qu’il n’aime pas utiliser ce réseau social.

« Je n’aime pas tweeter », a-t-il affirmé dans un entretien accordé à Fox News. « J’ai d’autres choses à faire. Mais j’ai droit à une couverture médiatique très malhonnête, à une presse très malhonnête. Et c’est la seule manière que j’ai trouvée de réagir ».

Il a par ailleurs confirmé qu’il avait l’intention de poursuivre sur la même voie une fois installé dans le Bureau ovale.

Il pourra pour ce faire continuer à utiliser son compte actuel ou utiliser le compte @POTUS (acronyme de « President of the United States »), lancé il y a un peu plus d’un an par la Maison Blanche et qui sera mis à la disposition du 45e président des Etats-Unis.

Le compte conservera ses plus de 13 millions d’abonnés mais la « timeline » (flux de messages) sera remise à zéro. Un nouveau compte, @POTUS44, rassemblera tous les tweets envoyés par Barack Obama (près de 350) qui seront par ailleurs archivés.

Les préparatifs se poursuivaient pour la prestation de serment de Donald Trump, qui sera investi président par un juge de la Cour suprême, John Roberts, vendredi à midi devant le Capitole.

Selon son porte-parole, Sean Spicer, Donald Trump a écrit son discours lui-même avec l’aide de ses proches conseillers. M. Spicer a aussi prédit « une foule record » pour la cérémonie.

Les autorités disent attendre entre 800.000 et 900.000 personnes vendredi, une estimation prudente et comparable au million venu assister à la seconde prestation de serment de Barack Obama en 2013.

Seuls ceux qui auront obtenu une place par l’intermédiaire de leurs parlementaires pourront se trouver dans la zone la plus proche du Capitole, les autres regarderont la cérémonie à distance sur des écrans géants.

Source:: RTLMONDE

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Quitter la version mobile