Home Actualité Crise Ebola : Des guinéens passent frauduleusement les frontières, le Sénégal toujours menacé...

Ebola : Des guinéens passent frauduleusement les frontières, le Sénégal toujours menacé !

La fermeture de la frontière Sud, avec notamment la Guinée Conakry, pour cause d’Ebola, n’est visiblement pas préjudiciable à tout le monde. Des passeurs Sénégalais et guinéens ont fait de cette mesure conservatoire des autorités sénégalaises une aubaine, en développant, le long de la frontière, un florissant business : la traversée clandestine de la frontière.

Les autorités sénégalaises ont procédé, le 23 août dernier à la fermeture des frontières Sud et Est du pays. Une mesure conservatoire visant à contenir l’avancée de la pandémie du virus Ebola aux portes de notre frontière, notamment avec la Guinée Conakry, d’où est issu le premier  » cas importé », accueilli à Dakar. Dans un souci de rendre moins poreuse cette partie de notre frontière, une synergie faite de l’armée, de la police de la gendarmerie, des douanes et des gardes forestiers a été articulée et ponctuée par des opérations de surveillance mixtes. Cette forme de mutualisation des forces a conduit à une asphyxie du trafic routier. Lequel, naguère était constatable dans la zone par des colonnes de véhicules guinéens et sénégalais convoyant quotidiennement, et dans les deux sens , des passagers et marchandises diverses.

De cette montée en puissance du dispositif de sécurité le long de cette frontière, qui a mis sous perfusion l’économie locale et restreint les mouvements des populations entre les deux pays, est né un nouveau type de business. Il s’agit de la traversée clandestine de la frontière en jouant à malin, malin et demi avec les forces de l’ordre en présence. Une nouvelle forme de trafic ajustée et mise à jour par des contrebandiers sénégalais, dès les premières heures qui ont suivi le durcissement de la surveillance de la frontière Sud.

Cette pratique clandestine a permis à plusieurs étrangers, mais aussi sénégalais en provenance de pays touchés par Ebola, de passer à travers les mailles des filets des forces en présence. Alors la menace est toujours là !

Source: l’Obs Via senepeople.com

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Quitter la version mobile