Allemagne: l’immigration vient à la rescousse du peuplement

0

Le nombre d’étrangers recensés dans le pays le plus peuplé d’Europe a progressé de 5,8% en 2013. Ils sont désormais 7,6 millions. Un record historique.

419.920 étrangers de plus en une seule année. L’équivalent de la population cumulée de Sarrebrück et d’Aix-La-Chapelle. Les données que vient de publier l’institut Destatis, l’équivalent allemande de l’Insee confirment une tendance observée depuis que l’économie allemande est redevenue la principale locomotive de l’Europe.

7,6 millions d’étrangers étaient inscrits fin 2013 dans les registres des mairies allemandes. Une formalité obligatoire en Allemagne à laquelle on peut difficilement se soustraire. Impossible par exemple, d’ouvrir un compte en banque ou d’inscrire ses enfants à l’école sans présenter ce précieux sésame. Les immigrés représentent désormais 9,5% de la population totale. Du jamais vu depuis que la création en 1967 d’un registre centralisé des étrangers (AZR).

Cette arrivée massive d’immigrés va permettre à l’Allemagne d’augmenter sa population alors que le taux de fécondité observé dans le pays reste à un niveau bien trop bas pour compenser une mortalité par ailleurs plus précoce qu’en France. Pour 2013, on ne dispose que de chiffres provisoires : 685.000 naissance (à + ou – 10.000 près) pour 895.000 (à + ou – 10.000 près).

Des immigrés essentiellement venus d’Europe

Sans ce regain d’immigration, le pays aurait donc perdu autour de 200.000 habitants en 2013. Au final, sa population devrait s’établir à 80,7 millions d’habitants. Le différentiel avec la France s’avère ainsi bien plus faible que ne le redoutaient les démographes il y a moins d’une décennie. La population française n’a en effet augmenté, selon les dernières estimations de l’Insee, que de 280.000 habitants en 2013.

Autre phénomène propre à l’Allemagne : elle attire essentiellement des citoyens venus de l’Union européenne. Ils étaient 316.093 de plus fin 2013 (+10,4% par rapport à 2012). Les trois pays qui ont vu les plus gros départs de concitoyens venus tenter leur chance dans la première économie d’Europe sont la Pologne, la Roumanie et la Hongrie. Mais les pays du Sud en sont pas en reste.

Le nombre d’immigrés venus de Grèce, d’Espagne, d’Italie ou du Portugal a progressé bien plus vite l’an passé qu’en 2012. On en recense 100.000 de plus par rapport à 2011. Même la proportion des Français installés outre-Rhin a augmenté en 2013. Officiellement, ils sont 120.045 soit près de 6.160 de plus qu’un an plus tot.

Et si les Turcs restent numériquement les citoyens étrangers les plus nombreux du pays (1,55 millions), ils sont désormais bien plus nombreux à rentrer dans leur pays qu’à s’installer en Allemagne.

source:senepeople

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here