Home Actualité LES BONS ET MAUVAIS POINTS DU PRESIDENT GAMBIEN : Jammeh, un homme,...

LES BONS ET MAUVAIS POINTS DU PRESIDENT GAMBIEN : Jammeh, un homme, deux visages !

LES MAUVAIS POINTS – La nuit est tombée sur  Wesfield (Gambie) et la coupure d’électricité de plus de trois (3) heures n’est pas encore rétablie. Dans cette localité, personne ne dit rien. Les moteurs des groupes électrogènes vrombissent et tympanisent tout le monde. Le jus est parti. Personne ne dit rien. On rouspète en silence, on est en colère, mais on la ravale. Par peur, par méfiance, par résignation. Yahya Jammeh, le Président ne tolère aucune forme de critique sur sa gestion solitaire du pouvoir. Le peuple l’a compris, personne ne moufte. Et tout va pour le meilleur des mondes, même s’il y a une coupure d’électricité de plus de trois heures. L’on essaie même de trouver des excuses. «Pourtant, cela fait un bon moment qu’il n’y a pas eu de coupure de ce genre. Les coupures de courant sont derrière nous, mais jamais on ne sera à hauteur du Sénégal», se convainc ce propriétaire d’hôtel qui peine à faire démarrer son groupe électrogène. La Gambie adule son chef Yahya et Jammeh semble en abuser.

Partout, ses posters ornent les rues de la capitale Banjul, il est omniprésent et vient rappeler à ceux qui l’oublient à la minute près, qu’il est à quelques mètres de vous et qu’il ne badine pas avec la critique facile et les longues envolées rhétoriques des droits-de-l’Hommiste à la «solde des Usa et de ses ouailles». Le culte de la personnalité de Yahya Jammeh lui donne parfois des traits de  ressemblance avec le défunt Président libyen, Mouammar Kadhafi. Le guide libyen avait son drapeau vert, Jammeh a aussi le sien qui longe toutes les grandes avenues de la capitale. Kadhafi avait la Place verte où souvent il aimait haranguer les foules, Jammeh a aussi son stade verdoyant à proximité du Palais où il aime faire ses shows populaires… Dans son Palais farouchement gardé par ses hommes de main, le Président Yahya Jammeh, grand boubou traditionnel blanc, canne à portée de main, pose en compagnie de son épouse Zeïnab. Sur l’affiche, on peut lire : «Derrière chaque grand homme se cache une grande dame.» Ce Président-là mélange vie publique et vie privée. Et personne ne s’en émeut. Dans un carrefour de la capitale Banjul près du grand marché, une autre affiche souhaite un joyeux anniversaire à Mister Président. Là, il a le  visage bouffi de fierté.

Yahya Abdul-Aziz Jemus Junkung Jammeh, 48 ans, celui qui est présenté comme un dictateur qui calme la rue, lui rend sa fierté, la fait rêver et s’autoproclame guérisseur du Sida, fléau qui gangrène le pays, est un homme difficile à cerner. Parfois, il autorise le port d’habits occidentaux pour les femmes gambiennes. A d’autres moments, il fait jeter les homosexuels en prison. Un jour, il parle d’ouvrir la Gambie aux touristes. Le lendemain, il menace de fermer son pays à ceux qui viennent dans son pays pour tromper «ses» filles et leur filer la maladie du Sida. Mais tout n’est pas à jeter dans le régime de Yahya Jammeh, le Président gambien a réussi dans certains domaines à changer le visage de son pays.

LES BONS POINTS. Des ouvriers tout en sueur travaillent d’arrache-pied pour finir les travaux du majestueux bâtiment qui abritera la future Assemblée nationale gambienne située à la sortie de Banjul. La bâtisse est imposante, elle ressemble à un stade de foot, avec son dôme circulaire et les piliers énormes qui l’entourent. «Quand ce sera terminé, l’Assemblée nationale sera la fierté de tous les Gambiens. Rien à voir avec le siège de l’Assemblée actuelle qui menace ruines», se réjouit le taximan Kéba Diawara. Depuis son fameux coup d’Etat de 1994, l’ancien lieutenant devenu Chef suprême des armées a montré dans un premier temps un visage ferme, sans concession. Puis, il a commencé, selon des observateurs, à changer le visage de la Gambie par des infrastructures comme l’aéroport et les travaux routiers en reliant la capitale Banjul à des villes comme Serrekunda, Birkama. Mais, le véritable investissement fait par le pouvoir de Yahya Jammeh reste le changement des comportements constaté chez les Gambiens. «Depuis son arrivée au pouvoir, les Gambiens, réputés pour leur indiscipline, ont commencé à devenir disciplinés dans leur comportement de tous les jours. En faisant tout pour respecter les lois et règlements en vigueur  et cela Yahya Jammeh y a joué un grand rôle», renseigne un observateur gambien. Sur le plan économique, même si la Gambie est tributaire de sa faible monnaie, des efforts importants ont été faits, renseigne-t-on, pour appuyer les paysans gambiens. De plus en plus, les gros exploitants de terres gambiennes bénéficient de facilités du gouvernement. S’y ajoute que le Président lui-même est un exploitant agricole, il dispose de ses boulangeries et d’autres activités de commerce où des centaines de Gambiens sont employés. C’est tout ça Yahya Jammeh. Un homme à deux visages.

L’Obs

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Quitter la version mobile