Home Actualité Politique à kolda : Sur les pas des acteurs de la seconde...

Politique à kolda : Sur les pas des acteurs de la seconde alternance au Fouladou

Kolda les choses bougent timidement depuis l’arrivée de Macky SALL au pouvoir. Le conseil des ministres décentralisé est encore annoncé pour le 18 avril prochain, après plusieurs reports. Les acteurs de la seconde alternance souhaitent arracher toutes les collectivités durant le prochain scrutin local, mais les responsables avertissent sur le forcing de certains transhumants.

Explications:

A kolda l’APR a été le moteur de l’opposition pour se débarrasser du régime de wade. En effet le maire de Fatick a vite fait d’attirer la sympathie de beaucoup de militants pour sa cause. Très vite, un maillage politique de la communauté avec comme mot d’ordre le montage de comités avec au moins 100 membres dotés de cartes d’identité et d’électeur. Et la machine s’est mise en marche avec les autres responsables de l’opposition notamment des partis comme la l’AFP, le PS et la LDMPT.
L’APR, un nouveau né très attrayant auprés duquel certains cadres se bousculent, sans aucune structuration, des individualités émergent en cette période de rude combat.
A l’image de Mamadou Malado Diallo un jeune cadre politique mandataire de la coalition BBY durant les derniéres légilatives, qui témoigne:
«la dernière election présidentielle avait coïncidé avec mon retour au pays après quelques années à l’extérieur. J’avais une expérience de militantisme dans les partis de gauche, comme le Président Macky Sall j’ai arrêté tout pour combattre Wade. Le département de Médina Yéro Foulah et kolda n’avait aucun secret pour moi. Nous avons tout fait, sans attendre un quelconque mot d’ordre, ou autre chose. Nuit et jour, nous avions silloné les villes comme  les villages. Cette mobilisation s’est poursuivie aussi durant la campagne présidentielle, mais aussi et surtout le jour de scrutin. Nous connaissions les méthodes du parti au pouvoir le PDS, et grâce à l’engagement de nos camarades, nous avons éjecté le régime de Wade. Nous pouvons reconduire les mêmes stratégies pour les élections locales en respectant les principes et les valeurs auxquelles nous avions souscrit pour élir Macky SALL. Il faudra aussi que nos alliés comme l’AFP, le PS et la LD pensent à leur responsables locaux dans le partage des responsabilités. »
L’arrivé du président Macky a suscité beaucoup d’espoir au fouladou. Une région des paradoxes : beaucoup de ressources naturelles sous exploités, un enclavement inhibant tous les efforts de développement, l’une des régions les plus pauvres du Sénégal selon l’ANSD. Macky sall a démarré en oubliant les combattants de kolda dans la mise en place de son premier gouvernement. Depuis, les choses ont changé. Parmi les cadres qui ont mouillés le maillot pour Macky, certains sont aujourd’hui dans des stations comme Abdoulaye BALDE ministre de l’agriculture, Sanoussy DIAKITE directeur de la formation professionnel, Moussa BALDE…
N’empêche, des acteurs majeurs sont toujours à la touche comme Malado Diallo. Lui relativise son cas à chaque fois qu’il est interpellé par des militants et autres proches. Le jour viendra dit-il. Il a espoir même si les cadres promis ont commencé à positionner certains transhumants, « les jamais perdants », des hommes qui sont toujours avec ceux qui gagnent.
« Leur activisme et autres coups bas constituent leur spécialité c’est du larbinisme déshonorant, certains de nos amis commencent à tomber dans leur jeu. Le camp des vainqueurs a suffisamment de ressources pour travailler à la rupture, nous ne permettrons pas de réhabiliter nos adversaires. »
L’homme revendique entretenir de bons rapports avec le président Macky Sall. Aujourd’hui l’arrivé massif de transhumants intéressés ne dérange pas Malado car dit-il à l’APR des dispositions ont été prises et nous savons qui est qui dans n’importe quelle localité du pays.
Le parti est bien préparé avec une cartographie des véritables responsables. Le chargé des élections de l’APR a kolda est conscient des immenses attentes des populations notamment ceux de kolda pour le désenclavement, la mécanisation de l’agriculture, la lutte contre le sous-emploi, … Il faut de bons projets, et une recherche de financement pour faire toutes ces choses. Et le président dit être sur le terrain pour satisfaire la demande sociale.

Abdou Diao / koldanews

1 COMMENT

  1. Durant ses moment la ya ke ceux ki ontb ete cite ki travaillaient pour le parti comm bibi et autre et durant sr temp ou etait selui ki se reclam premier pionnier de lapr , c'est une personn a eviter ki cherch k le pouvoir et ki n'hesite pas a transhumer mm si c au 2em tour des presidentiel (mam boy diao generation du concret pro karim )

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Quitter la version mobile