Le Conseil constitutionnel a été abusé, selon Pape Diop

Le parrainage continue de susciter le mécontentement dans les rangs de l’opposition. Recalé par  les 7 sages, le candidat de Bokk Gis Gis, Pape Diop, qui demande à être rétabli dans ses droits, a déposé un recours devant le Conseil constitutionnel. Lequel Conseil, à l’entendre, a été abusé parce que ne disposant pas du fichier électoral consolidé.

Après les candidats Pierre Goudiaby Atépa et Me Abdoulaye Tine, le candidat de la Convergence Bokk Gis Gis a déposé un recours devant le Conseil constitutionnel suite à l’invalidation de sa candidature. Face à la presse, samedi dernier, Pape Diop qui a constitué un pool d’avocats a annoncé que ses conseils ont déjà déposé un recours devant le Conseil constitutionnel pour l’amener à reporter la décision d’invalidation de sa candidature qui, selon lui, ne repose sur aucun motif légal. «Le contrôle du parrainage s’est fait de façon non contradictoire. Le mandataire est convoqué pour déposer les fiches de parrainage et le support électronique. La loi dit que les éléments déposés notamment la version papier et le support papier doivent être  scellés jusqu’au jour de la convocation du mandataire et l’ouverture doit se faire devant lui. Nous avons constaté que le support électronique a été copié dans un disque dur et mis dans une enveloppe sans cire avec du scotch pour l’enrôler. Ce qui n’est pas légal», dénonce d’emblée le candidat de la Convergence démocratique Bokk Gis Gis.

Pape Diop parle de manipulation du fichier pour éliminer des candidats. Et, c’est le ministre de l’Intérieur, patron de la Daf et le responsable de l’Apr de Grand Yoff Cheikh Bakhoum, également patron de l’Adie qui sont mis à l’index. «Dans le terminal, il y avait la Daf et l’Adie dont le directeur, Cheikh Bakhoum, est un militant de l’Apr. Nous croyons savoir que des manipulations pourraient être amenées avant le jour de vérification. Avec sincérité, nous pensons que c’est ce qui s’est réellement passé. Il y avait délibérément une décision d’éliminer des candidats et nous pouvons le vérifier par le fait que le ministère de la Justice a fait une annonce à l’Assemblée avant même le dépôt des parrainages pour dire que nous n’aurons que 5 candidats. Le Premier ministre a également fait cette déclaration. Cela nous conforte dans notre thèse qu’il y a eu bel et bien manipulation dans le traitement du fichier électronique», a détaillé le candidat de Bokk Gis Gis.

Sur un tout autre registre, Pape Diop a exposé les résultats issus du procès-verbal sur le parrainage. «Le Procès-verbal indique 7 572 parrains invalidés au motif qu’il ne s’agit pas d’électeurs. Si le Conseil constitutionnel accepte notre requête, nous pouvons apporter la preuve que ces Sénégalais sont bien des électeurs parce que nous disposons des supports qui nous permettent de démontrer que ces Sénégalais sont des électeurs», explique le chef de file de Bokk Gis Gis. Qui signale que «notre parrainage s’est reposé sur la photocopie des pièces afférentes au parrainage et nous avons le stock avec nous. Le moment venu, nous apporterons les précisons utiles qui permettront au Conseil constitutionnel de voir clair dans cette affaire. Parce que jusque-là nous pensons que le Conseil constitutionnel a été abusé parce que ne disposant pas du fichier électoral consolidé». Pape Diop d’ajouter : «Nous avons 1 543 électeurs pour lesquels on nous dit qu’ils ne figurent pas dans les régions où ils sont inscrits». Là également, poursuit-il, «nous apporterons les preuves parce que les pièces que nous avons attestent que ces électeurs sont bien inscrits dans ces régions. Comme le ministère de l’Intérieur a plusieurs fois procédé à des modifications de la carte électorale, c’est ce qui explique ce fait».  

WalfQuotidien

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here