Acte 3 de la décentralisation / selon Serigne Mansour Sy : « Acte 1 de la recentralisation »

L’acte 3 de la décentralisation risque de se solder par un  »acte 1 de la recentralisation », selon le leader de Bés du ñakk, Serigne Mansour Sy Djamil. ‘’Il n’y a pas eu une réflexion sérieuse sur la question, mais aussi et surtout une évaluation de la régionalisation » devant permettre de passer à l’acte à l’acte 3 de notre politique de décentralisation, a-t-il entre autres expliqué à nos confrères du journal ‘’Enquête

Les sorties politiques sur l’acte 3 de la décentralisation engagée par le président de la République se multiplient, même au sein de la coalition au pouvoir, Benno Bokk Yaakaar. Après la LD, c’est au tour du leader du mouvement citoyen pour la refondation nationale Bés du ñakk de jeter un pavé dans la mare. Mansour Sy Djamil, qui présidait ce samedi un débat, organisé par le mouvement Bés du ñakk, à Grand-Dakar, dénonce par ailleurs ‘’qu’il n’y a pas assez de discussion et de réflexion autour de la question » alors que, pour ‘’l’acte 2 de la décentralisation, il y avait eu une discussion de 1992 à 1996 ». Donc 4 ans de discussion, souligne-t-il. L’acte 3 de la décentralisation est une question capitale au plan économique, financier, culturel, foncier, domanial pour notre développement. Car dit-il, ‘’on ne peut pas régler le problème du développement si on n’arrive pas à réussir les réformes territoriales ». Pour cela, il invite les nouvelles autorités à faire en sorte que ‘’l’acte 3 de la décentralisation ne soit pas l’acte 1 de la recentralisation ». ‘’Dans toutes les collectivités locales du Sénégal, la quasi-totalité des élus ne peuvent pas répondre à la question : ‘qu’est-ce que c’est l’acte 3 de la décentralisation ?’. Cela veut dire simplement que ceux qui sont concernés au premier chef n’ont pas été associés à la réflexion », déplore Abdoulaye Diagne, responsable de Bés du ñakk à Grand-Dakar. Toutefois, le député de Bés du ñakk dénote une absence d’évaluation sérieuse de la régionalisation avant de passer à l’acte 3. Sur la question de l’évaluation des différentes expériences passées, Serigne Mansour Sy Djamil rappelle par ailleurs, ‘’qu’entre le passage de l’acte 1 de la décentralisation vers l’acte 2, il y a eu une évaluation critique dans une instance délibérative, présidée par le président de la République Abdou Diouf avec tous les membres du gouvernement ». Cette évaluation, dira-t-il, est plus que nécessaire car le ‘’succès de l’acte 3 de la décentralisation dépendra du fait de ne pas répéter les erreurs de l’acte 1 et 2 de la décentralisation ». ‘’Je ne suis pas convaincu et je demande à être convaincu que la régionalisation n’a pas marché. Il a fallu 4 ans pour discuter de la nécessité de la régionalisation et il a fallu 15 jours pour venir et dire que la régionalisation n’a pas marché », récrimine-t-il.

‘’Pourquoi je n’ai pas voté le texte »

Lors du vote du texte de loi de la décentralisation, Serigne Mansour Sy Djamil s’est abstenu. A l’occasion du forum citoyen organisé par les responsables de son mouvement à Grand-Dakar, le responsable politique est revenu sur le pourquoi de son abstention. Selon M. Sy, ‘’on passe aujourd’hui à l’acte 3 de la décentralisation sans faire une évaluation de la régionalisation ». Pire, souligne-t-il, les députés n’avaient pas connaissance du texte qu’ils devaient voter. Car, c’est seulement en 15 jours qu’on est venu à l’assemblée nationale pour introduire un texte d’urgence ». ‘’Moi, on m’a mis sur la table un texte de 150 pages et on m’a dit qu’il faut voter parce que demain, il y a une loi qu’il faut approuver en plénière. J’ai dit qu’intellectuellement, je vais me faire insulte en moi, à ma conscience de citoyen et à ma probité intellectuelle. Je ne peux pas approuver un texte dont je n’ai pas connaissance », explique-t-il. Poursuivant son discours, il renchérit : ‘’Ils ont fait le forcing. Avec la majorité mécanique, ils ont fait adopter le texte. Comme je n’avais pas connaissance du texte, je ne pouvais pas condamner ce texte, je me suis abstenu ».
‘’Une rébellion étouffée au sein de l’assemblée »

En outre, expliquant ce qui s’est passé ce jour au sein de l’hémicycle, le marabout, ajoute qu’il y a eu un ‘’semblant de rébellion qui a été même étouffé » durant ce débat, à l’intérieur de l’Assemblée nationale. ‘’Certains députés du parti socialiste qui ont lu le texte, le lendemain, sont venus avec un papier qu’ils ont distribué en disant qu’ils ne votaient pas cela parce que c’est contre Khalifa Sall (maire de Dakar). Il y a eu des échanges et des consultations très sévères. Mais ce qui est bizarre, au moment du vote, ils ont voté pour le texte. Des députés de gauche, PIT, LD ou certains hommes de gauche émérites ont tous voté », s’étonne-t-il. ALIOU NGAMBY NDIAYE
L’ENQUETE via Setal.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here