Marche du PDS : Les libéraux indexent le pouvoir pour justifier leur faible mobilisation

Les libéraux et leurs alliés ont arpenté cet après-midi les allées du Centenaire, à peine le temps d’un tour d’horloge. Mais, le moins que l’on puisse dire c’est qu’on a vu mieux, en terme de mobilisation. Une faible mobilisation qui, à en croire les organisateurs, est le fruit d’un sabotage orchestré par les tenants du pouvoir.

Ils ont démarré leur marche en retard (16h10 au lieu de 14h) mais les libéraux et leurs alliés ont respecté l’heure indiquée par le préfet de la ville de Dakar. C’est à 17 heures précises que ces marcheurs ont mis fins à leur procession, au niveau du rond-point de la Poste Médina, sans échauffourées. Disciplinés malgré leur cris hostiles au régime, ils ont respecté l’itinéraire arrêté la veille par les autorités.

Concernant la marche proprement dite, la coalition patriotique Booloo taxawu Askan wi a raté le pari de la mobilisation. Pour se justifier, les libéraux et leurs alliés reprochent au gouvernement d’avoir usé de subterfuges pour bloquer les manifestants au niveau des principales artères des allées du Centenaire. D’ailleurs, Mamadou Diop Decroix parle de sabotage : « nous avons appris que le pouvoir s’est organisé pour bloquer la circulation pour que tous les cars qui sont destinés à la marche ne puissent pas parvenir à la Place de l’Obélisque ». Le prétexte de la marche : protestation contre les inondations, la pénurie d’eau, les coupures d’électricité et les prisonniers politiques. Seulement, les mots qui reviennent tout temps sont « Karim Wade », « Pape Diop » et à une moindre mesure « Bara Gaye ».

REWMI.COM/AW

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here