Vélingara : Lutte contre la mendicité, Oustaz Yaya Diallo s’engage !

0

Après une année de dure labeur, l’école arabe fadloulalahi sise au quartier Vélingara foulbé de la commune a fêté ses pensionnaires. Une occasion saisie par le directeur de l’école Oustaz Yaya Diallo pour plaider pour un abandon définitif de la mendicité dans la commune de Vélingara. Selon lui « il faut une synergie dans l’action pour faire cesser cette pratique qui déshonore l’Islam »

Installée au quartier Vélingara foulbé de la commune, l’école arabe « fadloulalahi » compte plus de 200 talibés. Dans ce dara de fortune, les enfants sont entassés les uns les autres faute de local adéquat. Le lieu qui fait office de Dara est constitué de huttes en pailles. D’ailleurs à notre arrivée nous avons constaté que la paille a commencé à tomber. C’est dans ces conditions peu favorable que s’est tenue la fête de fin d’année de l’école mercredi dernier. C’était en présence du représentant de l’imam ratib, des maitres coraniques et des parents.

Cette fête est une occasion pour les enfants talibés dudit dara d’étaler leurs connaissances devant les parents, les amis et les proches. Selon Oustaz Yaya Diallo le directeur de l’école ils organisent chaque année cette cérémonie religieuse pour montrer aux parents des apprenants, l’importance des études coraniques et des hadiths du prophète (Psl).

« Les enfants récitent sans faute, ni hésitation les versets coraniques et les hadiths. Ces performances, nous l’avons obtenu parce que nous travaillons à temps plein, nous ne faisons pas mendier nos talibés » A –t-il souligné.

D’ailleurs a propos de la mendicité des enfants talibés, Oustaz Yaya Diallo est foncièrement contre. « Nous sommes d’ accord sur le fait que l’enfant doit être préparé au travail. Mais quant à laisser ce dernier dans la rue quémander de gauche à droite. Ça nous ne pouvons pas le cautionner et ce n’est même recommandé par l’Islam.

Ceux qui font mendier les enfants ont comme alibi le manque de moyens » A-t-il martelé avant de lancer un appel « Nous demandons à toutes les bonnes volontés, aux maitres coraniques et à l’Etat d’unir leur force pour barrer la route à ce fléau des temps modernes. En ce qui nous concerne, nous ne ménagerons aucun effort pour faire cesser cette pratique néfaste qui déshonore notre religion » Oustaz Yaya Diallo n’a pas manqué également de solliciter un appui auprès de l’Etat et des autorités pour la construction de son école.

Babacar Diouf

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here