KOLDA : Les acteurs culturels réclament « des infracteurs et la formation »

0

Au Fouladou, les artistes peinent à vivre de leurs produits. Ainsi, ils veulent des infrastructures et un renforcement de capacités pour améliorer leurs conditions d’existence. Les acteurs culturels  l’ont dit au ministre de tutelle lors du CRD spécial tenu à Kolda ce vendredi 29 mars.

Le Sénégal déterminé à promouvoir la diversité culturelle. Ainsi, le Ministre Abdoul Aziz Mbaye effectue une tournée nationale dans les 14 régions du pays pour «  identifier les problèmes des artistes et trouver ensemble des solutions ». A l’étape de Kolda qui a eu lieu ce week-end, les artistes du Fouladou veulent le renforcement des infrastructures culturelles. Actuellement, la région ne dispose que d’un centre culturel qui,  de l’avis des acteurs, ne permet de valoriser convenablement le riche patrimoine culturel de ce terroir. Dans les départements, « c’est le désert culturel. On ne trouve pas de cadre d’expression culturelle»ont-ils déploré. Autre doléance non moins importante posée par les artistes, c’est celle relative à la formation. Ils sont tous unanimes que « la plus part des acteurs culturels locaux sont sans formation. En conséquence, sont « incapables d’évoluer sur un plateau artistique moderne », relève un artiste. Des préoccupations qui ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd. Puisque le Ministre Abdoul Aziyz Mbaye trouve « anormal » que « les artistes ne puissent pas vivre de leur art ». Ainsi, dans le cadre de la politique de promotion de la diversité culturelle menée par son département, il va à partir du budget 2014 entamé un important chantier « de transformation des centres culturels régionaux en maisons des arts et de la culture disposant d’un musée et d’un cadre d’expression culturelle digne de ce nom », a fait savoir Abdoul Aziz Mbaye. Dans la même veine, le ministre de la culture a pris l’engagement de mener un plaidoyer pour que les produits culturels de la Casamance soient beaucoup plus visibles au niveau des télévisions du pays. Pour lui, les sénégalais ont besoin de se connaitre culturellement pour que « l’acceptation de l’autre » soit une réalité permanente afin de bâtir « une nation forte et paisible ».Abordant la crise en Casamance, le ministre reste convaincu que « nous gagnerons la paix par la culture »

ismaila.mansaly@koldanews.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here