samedi, février 24, 2024

Thomas a d’abord cru que le Hamas avait tué sa fille Emily, 9 ans: elle vient d’être libérée avec d’autres otages israéliens

Ne ratez pas!

Au 3e jour de trêve dans le conflit entre le Hamas et Israël, un total de 55 otages ont été libérés. Derrière les visages et les sourires, le monde découvre les premiers témoignages d’une incarcération interminable. Des histoires qui concernent des enfants. Ils se sont retrouvés propulsés dans le monde très violent des grands.

Un sentiment d’amertume touche de nombreux otages libérés par le Hamas. Deux enfants, par exemple, peuvent rejoindre leur famille, mais leur père est toujours maintenu en otage. Mia, 21 ans, vit une situation similaire. Blessée à la jambe lors de l’attaque du Hamas au festival de musique, elle doit être opérée… mais son frère n’est pas sur la liste des libérés. Il restera entre les mains des terroristes.

Edition numérique des abonnés

Et puis, il y a Emily. À sa libération, on voit la fillette de 9 ans tenir la main de son amie Lila. Quelques instants plus tard, elle retrouve les bras de son père.

Edition numérique des abonnés

Leur histoire a fait le tour du monde. Emily a été enlevée le 7 octobre au kibboutz (NDLR: sorte de village collectiviste ou de banlieue créé par des Israéliens) de Beeri lors d’une soirée pyjama chez son amie Lila.

C’était la meilleure chose qui pouvait lui arriver

Deux jours plus tard, son père apprend par l’armée israélienne que sa fille a été tuée. « Ils m’ont juste dit: ‘On a trouvé Emily, elle est morte’. Et j’ai dit: ‘Oui!’. J’ai souri. Parce que c’était la meilleure chose qui pouvait lui arriver« , confie Thomas Hand. L’hypothèse qu’Emily soit entre les mains du Hamas est plus insupportable que de la savoir morte.

La ville de Thomas Hand bascule à nouveau le 30 octobre, lorsque l’armée reconnaît une erreur d’identification. Emily fait bien partie des otages. « Je suppose qu’elle est quelque part dans un tunnel, sans doute pas dans de bonnes conditions. J’espère que la personne qui s’occupe d’elle a un coeur« , confiait le 6 novembre le papa.

Thomas Hand n’a jamais cessé de se mobiliser aux côtés des autres familles des otages. Aujourd’hui, il est sans doute le père le plus heureux du monde.

 

Articles récents

Notre sélection pour vous