mardi, juin 28, 2022

Mali : Bamako invite le ministre français des Armées à se taire

Ne ratez pas!

Bamako ne recule devant rien. Quitte à faire des sorties peu diplomatiques face aux Européens, particulièrement contre la France dont le ministre français des Armées, Florence Parly qui accuse les autorités de Bamako de multiplier «les provocations» après que ces dernières ont demandé au Danemark de retirer ses troupes du Mali.

La réaction du ministre et porte-parole du gouvernement malien Abdoulaye Maïga, ne s’est pas fait attendre. «Nous invitons également Mme Parly à plus de retenue et également à respecter le principe élémentaire de non-ingérence dans les affaires intérieures d’un État», a rétorqué le colonel Maïga. Avant d’embrayer: «Nous l’invitons également, c’est un conseil, à faire sienne cette phrase d’Alfred de Vigny sur la grandeur du silence», a-t-il ajouté, en référence au poème La Mort du loup de ce poète français du XIXe siècle, dont l’un des vers évoque: «Seul le silence est grand ; tout le reste est faiblesse». Et le Colonel Maïga d’ajouter, en évoquant les sanctions de la Cedeao: «Lorsqu’on tente désespérément d’isoler le Mali en instrumentalisant les organisations sous-régionales, on se demande enfin qui est dans la provocation».

Cette passe d’armes entre Paris et Bamako est le dernier épisode en date d’une série de tensions. Ces sorties de Parly et Maïga ont lieu en pleine dégradation des relations avec la France, engagée militairement au Mali et au Sahel. Le climat entre le Mali et la France est devenu presque invivable depuis que les militaires maliens, arrivés au pouvoir à la faveur d’un putsch en août 2020, ont révoqué leur engagement initial à organiser en février 2022 des élections qui auraient ramené les civils à la tête du Mali. Mais aussi que le président français, Emmanuel Macron a annoncé le redimensionnement de ses troupes militaires au Mali, qui combattent les djihadistes depuis 2014 sans parvenir à véritablement restaurer la paix dans cette partie du pays.

Il faut rappeler que l’arrivée d’une centaine de soldats danois, venus remplacer un contingent suédois, avait été annoncée le 18 janvier et était prévue depuis le printemps 2021. Mais lundi, le Mali avait demandé une première fois leur retrait, affirmant que leur déploiement était «intervenu sans son consentement». Le Danemark avait répondu avoir reçu une «invitation claire» du régime malien, mais la junte a réitéré sa demande «avec insistance» dans la nuit de mercredi à jeudi.

WalfNet

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles récents

Notre sélection pour vous