Disparition de Delphine Jubillar en France: mauvaise rencontre, drame familial? Voici les pistes envisagées par les enquêteurs

0

Les recherches se poursuivent un mois après la disparition soudaine de Delphine Jubillar, infirmière de 33 ans dans le Tarn et mère de deux enfants. Dans le cadre de cette affaire, plusieurs hypothèses sont étudiées par les gendarmes comme le révèlent nos confrères de La Dépêche.

Depuis près d’un mois, les enquêteurs sont à la recherche du moindre indice leur permettant de découvrir ce qu’il est arrivé à Delphine Jubillar, une jeune maman portée disparue dans le Tarn. Perquisitions, fouilles, battues citoyennes, un lac sondé… De multiples investigations sont en cours.

Le 23 décembre dernier, une information judiciaire pour « arrestation, enlèvement, détention ou séquestration arbitraire » avait été ouverte contre X. Selon le procureur de Toulouse, rien n’indique que la disparition de cette infirmière de 33 ans soit volontaire. « Ces faits se poursuivant depuis plus de sept jours accomplis revêtent désormais une qualification de nature criminelle », avait-il précisé. 

Selon des informations de La Dépêche, quatre pistes sont étudiées par les gendarmes. 

– Le drame familial: Delphine est mariée à Cédric. Ensemble, le couple a eu deux enfants âgés de 6 ans et de 18 mois. Mais selon plusieurs médias français, leur couple battait de l’aide depuis quelques temps. La jeune femme avait d’ailleurs demandé le divorce. « Nous étions en instance de divorce à sa demande, mais cela se passait bien. Je ne comprends pas pourquoi elle est partie », avait confié son mari au Parisien. Nos confrères de La Dépêche rapportent que le couple connaissait des soucis financiers, fragilisant un peu plus leur union. 

Selon son mari, Delphine a quitté le domicile familial dans la nuit du 15 au 16 décembre dernier. Ne la voyant pas revenir, son mari a alerté les gendarmes et signalé sa disparition. Des zones d’ombre demeurent. Pourquoi la jeune femme aurait elle quitté le domicile en pleine nuit? Depuis cette disparition inquiétante, la maison familiale, placée sous scellés, a été fouillée plusieurs fois par les enquêteurs. 

– Une relation virtuelle: toujours selon la Dépêche, l’enquête a montré que Delphine entretenait une relation virtuelle avec un homme rencontré sur Internet. À cet inconnu, il semble que la mère de famille se confiait sur sa vie et sur ses difficultés. Après vérification, l’homme en question a été mis hors de cause par les gendarmes. 

– Un camping-car décrit comme suspect: à Cagnac-des-Mines, village où résident Delphine et sa famille, les habitants ont rapporté la présence « suspecte » d’un camping-car. Selon des témoins, son propriétaire avait l’habitude de stationner près du boulodrome de la commune, avant de disparaître. Mais là encore, selon La Dépêche, les investigations n’ont rien donné. L’homme a été retrouvé et aucun élément suspect ne lui a été imputé.

– La mauvaise rencontre: enfin la dernière piste envisagée par les gendarmes est certainement la plus courante lors d’une disparition soudaine. Delphine Jubillar a-t-elle fait une mauvaise rencontre lors de la promenade nocturne qu’évoque son mari?  Pour plusieurs de ses proches interrogés par les médias locaux, promener ses chiens en pleine nuit n’était pas l’habitude de la jeune femme. Les enquêteurs sont à la recherche de témoignages permettant d’infirmer ou confirmer l’hypothèse de cette balade tardive.

Le mari et des proches de Delphine Jubillar se sont constitués partie civile. « C’est la seule manière de connaître l’évolution de la procédure, la plus grosse difficulté partagée par les proches, c’est qu’on ne sait rien, c’est terrible de ne rien savoir », a indiqué l’avocat du mari.