Affaire Alexia Daval: ces détails qui ont rapidement fait de Jonathann le suspect principal

0

Jonathann Daval, qui avait reconnu après de multiples revirements avoir tué sa femme, a réaffirmé lundi être seul impliqué dans la mort de son épouse Alexia en 2017, au premier jour de son procès devant les assises de la Haute-Saône.

Il avait joué pendant trois mois l’époux éploré avant de finalement reconnaître avoir frappé et étranglé Alexia dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017 au domicile conjugal lors d’une violente querelle. Jonathann Daval se retrouve désormais face aux juges. Accusé de « meurtre sur conjoint », il encourt la réclusion criminelle à perpétuité à l’issue des plaidoiries prévues vendredi. 

Ce lundi, lors du premier jour d’audience, le responsable de la section de recherches de Besançon, qui a diligenté l’enquête, a été entendu. Il a expliqué que très rapidement, « dans les premières 48h », les enquêteurs ont eu des doutes sur la version présentée par Jonathann Daval. Ce dernier présentait des une morsure sur le bras.

Des SMS écrits différemment

Les messages envoyés par Alexia à sa sœur interpellent également les enquêteurs. À la barre, Franck Paredes, adjudant-chef a indiqué que des abréviations utilisées habituellement par la jeune femme ne le sont pas dans les derniers qu’elle aurait envoyés. « Le vendredi, Alexia écrit ses textos avec certaines abréviations. Ce qui n’est pas le cas le samedi matin », a souligné Franck Paredes selon des informations rapportées par l’Est Républicain. La suite des investigations montrera que c’est en fait Jonathann qui a rédigé ses textos après le meurtre de son épouse. 

De plus, l’hypothèse du jogging familial est difficile à croire pour les enquêteurs. Dans le quartier, personne ne l’a vue courir ce samedi matin. Aucun témoin ne confirme le scénario présenté par Jonathann. 

L’alliance de sa femme autour du cou

La découverte du corps renforce l’hypothèse de l’homicide commis par Jonathann. « Il y avait un drap blanc et des lunettes posées soigneusement sur le corps. On pouvait penser que l’auteur était une personne de sa connaissance », a précisé l’adjudant.

Autre élément intriguant: l’alliance d’Alexia. Pendant ses mois de mensonges, Jonathann s’était affiché avec l’alliance de son épouse en guise de pendentif autour du cou. Comment expliquer que la jeune femme ne la portait plus? Selon lui, elle l’avait enlevé avant de partir courir. Finalement, l’enquête avait révélé que juste avant de brûler le corps d’Alexia, il avait récupéré l’alliance. « Rien que là est signé son crime », avait alors concédé son avocat. 

Au terme de ce procès qui soit s’achever vendredi, la famille d’Alexia attend « une peine juste c’est-à-dire une peine qui soit comprise par eux, qui tiendra compte de leur peine mais également des mensonges récurrents de Jonathann Daval tout au long de ces trois dernières années », a souligné Me Portejoie lundi matin dans une interview à BFMTV.