OMC : la Sud-Coréenne Yoo Myung-hee promet de partager le savoir-faire de son pays avec des nations d’Afrique de l’Ouest

0
La ministre Sud-Coréenne du Commerce, Yoo Myung-hee, est candidate au poste de Directeur Général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Elle avait contribué à faire passer la Corée du Sud de pays en développement à pays avancé au cours de ses 25 années de service public.

En pole pour briguer le poste, elle a promis de reformer l’OMC par un ajustement transparent et rationnel des intérêts entre pays en développement et pays développés sans préjuge. En outre, elle pourra partager le savoir-faire de la Corée en matière de développement économique avec des pays d’Afrique de l’Ouest, selon plusieurs médias Coréens. En conférence de presse jeudi 6 août 2020, Mme Yoo a dit aussi qu’elle souhaitait réformer l’organisme pour qu’il soit plus résistant à des obstacles jamais rencontrés auparavant, comme la pandémie de nouveau coronavirus.

« Récemment, chaque pays a été livré à lui-même en raison de la crise économique sans précédent, causée notamment par le nouveau coronavirus. Face à de tels défis, l’OMC devrait conserver sa pleine fonction, indépendamment de toute crise, pour maintenir le commerce », a-t-elle déclaré. Selon elle toujours, l’OMC doit normaliser son rôle de gestion des négociations et de règlement des différends dans le cadre d’un régime multilatéral, et que la pandémie de Covid-19 a donné l’occasion d’examiner les questions en suspens.

« L’OMC doit tout particulièrement rétablir la confiance dans le système commercial multilatéral en le rendant plus pertinent, plus résistant et plus réactif. De nombreux pays sont déçus et expriment leurs préoccupations concernant l’OMC, qui se trouve dans une impasse tout en ne remplissant pas sa fonction initiale », a-t-elle ajouté. Selon certains, l’OMC aurait récemment reculé dans son rôle de médiateur des différends commerciaux.

« J’ai acquis une grande expérience avec des pays ayant différents niveaux de développement économique tout au long de ma carrière », a ajouté Yoo, en précisant que cela l’aiderait à mieux comprendre les différents besoins des États membres. Pour rappel, elle a fait preuve d’un grand pouvoir de médiation et de négociation dans son pays en signant des agréments multilatéraux avec des puissances économiques telles que les États-Unis, la Chine et l’UE.

Elle a par ailleurs indiqué qu’elle serait au service de tous les membres de l’OMC et qu’elle avait la même position sur le conflit commercial qui dure depuis un an entre la Corée du Sud et le Japon.

L’OMC doit choisir un nouveau dirigeant, car le directeur général sortant, le Brésilien Roberto Azevedo, doit quitter ses fonctions en août, soit environ un an avant la fin de son mandat. L’organisation n’est pas parvenue à choisir un dirigeant intérimaire, faute de consensus. Sept pays ont présenté des candidats, il s’agit du Mexique, du Nigeria, de l’Egypte, la Moldavie, le Kenya, l’Arabie saoudite et le Royaume-Uni.

Le processus de sélection du nouveau chef de l’OMC débutera officiellement le 7 septembre et pourrait prendre jusqu’à deux mois.

DakarActu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here