« L’autoroute continue d’être excessivement chère », selon Cheikh Oumar Sy

Le président du collectif des usagers de l’autoroute à péage s’immisce dans la dénonciation de la cherté de l’autoroute à péage. L’ex-député, Cheikh Oumar Sy, estime que l’autoroute est chère. Il s’est plaint, hier, en marge de la rencontre entre la société civile et les politiques. Cela, pour faire le bilan de leur action au sortir de la présidentielle passée. M. Sy rappelle que le président de la République a parlé d’une baisse qui n’a pas impacté toutes les communes autour de l’autoroute de l’Avenir.

Pour lui, «les Sénégalais ne voient pas encore le bout du tunnel avec l’exploitation de l’autoroute à péage». A son avis, aujourd’hui, on parle plus des autoroutes parce qu’il y a l’exploitation de Ila Touba qui pose problème. Cela, en rappelant une brutale augmentation de 500 francs Cfa à 1 000 francs Cfa sur l’axe Aibd-Thiès, il y a une semaine. Ce qui a surpris beaucoup d’usagers sur ce tronçon. «Ce qui démontre que les autorités ne prennent pas en compte ou ne respectent pas les droits des citoyens en termes d’informations », dixit le député.

Qui réitère que «l’autoroute continue d’être excessivement chère». Cela en illustrant que pour 60 kilomètres, les Sénégalais doivent payer 5 000 francs Cfa à l’aller et 5 000 franc Cfa au retour. Ce qui devait avoir, d’après lui, des impacts psychologiques au niveau des riverains, parce que l’infrastructure impacte sur leur vie. Car, ils doivent trouver les moyens de pouvoir l’utiliser. Il en est de même pour ceux qui habitent dans des régions comme Thiès.

Les entreprises ne sont pas en reste, selon Cheikh Oumar Sy, car prises dans cet infernal cycle de paiement de péage chaque jour. En effet, le président du collectif des usagers du péage rappelle que l’autoroute avait deux objectifs : faciliter la mobilité des citoyens pour quitter Dakar arriver à Thiès et garantir aux entreprises de s’ouvrir des couloirs économiques. Mais au sortir, dit-il, on assiste à autant de péages, autant de contraintes sur moins de 100 kilomètres pour faire payer plus de 10 mille francs à des usagers. Ce qui lui fait dire que «cela ressemble plus à de l’arnaque ». Au point que «de plus en plus, les citoyens veulent manifester leur courroux», confie-t-il. En annonçant par ailleurs que des dispositions seront prises pour montrer à l’Etat et aux exploitants qu’il y a un abus excessif en termes de tarifs sur l’autoroute.

Walfnet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here