Le Pr Moussa Baldé est un universitaire dont le parcours force le respect. De Dabo au collège, suivi de l’obtention de son Baccalauréat en Série C au Lycée Djignabo de Ziguinchor, Moussa Baldé a poursuivi des études supérieures à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, sanctionnées par une Maîtrise de Mathématiques pures en 1991, puis DEA de Géométrie Différentielle (1993) avant de devenir Professeur Titulaire à l’UCAD en 2018.

Physique de sahélien, à l’aise en tenu traditionnel ou veste, le berger mathématicien est entré en politique avec l’avènement de Macky Sall au pouvoir. Membre fondateur de l’APR, ce professeur Titulaire à l’UCAD est le Président du Conseil départemental de Kolda depuis juillet 2014. Il a été à la tête de la SODAGRI depuis 2013 à nos jours.

De 2014 à 2017, Conseiller Municipal de la commune de Guiro Yero Bocar, Pr Baldé est très à l’aise sur le terrain politique. De son école primaire de Dabo en passant par Djignabo, l’Ucad et la France, il est resté le même. Proche des populations, il est dans son village de Sare Mamadou Koundou, chaque fois que son calendrier le permet. Moussa Baldé est le Coordonnateur des Universitaires Républicains depuis 2012, Membre de la convergence des cadres républicains depuis 2011.

Moussa Baldé est d’une courtoisie qui cache mal sa rigueur dans le travail. Il a changé le visage de la SODAGRI. Avec une rigueur alliée à la transparence qui ont remis dans les rails une société agonisante à son arrivée. La production de riz a fortement augmenté un peu partout. La société intervient aujourd’hui sur l’ensemble de la Casamance et à Tambacounda. Les partenaires au développement sont revenus et l’ambiance au travail dans les locaux de la SODAGRI à Anambé s’est beaucoup améliorée.

La rigueur du mathématicien a fini de séduire les partenaires financiers. Le président Macky Sall est venu plusieurs fois témoigné sa satisfaction de ce boulot. La SODAGRI mourante, à son arrivée est transformée en fer de lance dans l’autosuffisance en riz.

Sur le terrain politique, il a la chance de fédérer toutes les sensibilités locales au sein d’une mouvance présidentielle ou on ne s’accorde que sur le désaccord. Sa courtoisie ne laisse pas indifférent les opposants. Jamais un excès de langage dans les débats ou autres meetings. Il a été le premier à saluer la tenue d’une campagne électorale avec zéro violence au Fouladou et un scrutin sans aucun jet de pierre dans la région. Il est passé sur les antennes des indifférentes radios payant un temps d’antenne pour remercier tous les citoyens de la région.

«Nous faisons de la politique pour servir nos populations mais non pas pour les pousser à la violence ou autre chose», avait-il déclaré. Il a avec lui tous les atouts pour réunir les différentes chapelles de la mouvance mais surtout d’accélérer la relance de l’agriculture. En finissant avec les spécialistes de la spéculation des intrants agricoles qui sont depuis toujours bien installés dans les allées de ce ministère. Ils devront se préparer à faire face à un ministre méticuleux et vigilant.

Abdou Diao / KoldaNews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here