Maladies à potentiel épidémique: Albert Royer s’équipe d’un labo moléculaire de pointe

Le Centre hospitalier national Albert Royer s’est doté d’un laboratoire de biologie moléculaire de dernière génération pour la détection de la méningite et des maladies à potentiel épidémique. C’est équipements d’un coût de 97 millions de francs CFA est le fruit d’un partenariat avec le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies de Atlanta (USA) et l’Institut de recherche en santé de surveillance épidémiologique et de formations (IRSSEF) du Professeur Souleymane Mboup.

La cérémonie officielle de réception des équipements du laboratoire de biologie moléculaire de pointe d’un coût de 97 millions s’est tenue en présence du Dr Issa Tall Diop, directrice du Centre hospitalier national Albert Royer, du Président directeur général de l’IRSSEF, Pr Souleymane Mboup, de l’ambassadeur des USA au Sénégal Docteur Tulinabo S. Mushingi et du Secrétaire général du ministère de la Santé et de l’action sociale, Alassane Mbengue.

Dans son discours de bienvenue, la directrice du CHNEAR est revenue sur la genèse de ce partenariat qui remonte à 2014 après la survenue de la maladie à virus Ebola. D’après elle, le ministère de la santé et l’Organisation mondiale de la santé s’étaient engagés à faire du laboratoire de Albert Royer un site de surveillance de référence des maladies à potentiel épidémique. Dr Diop a également ce transfert de technologie du Centre de contrôle des maladies et de la prévention de Atlanta. Toutefois, la directrice du CHNEAR a plaidé pour la poursuite et la pérennisation de ce partenariat avec le pays de Donald Trump.

Pour sa part, le Pr Souleymane Mboup PDG de l’Institut de recherche en santé de surveillance épidémiologique et de formations (IRSSEF) a remercié vivement tous ceux qui était à l’origine de ce projet. D’après lui la réception de ces équipements entre dans le cadre   du renforcement du laboratoire de Albert Royer et de l’amélioration de la prise en charge des maladies. «  Cette plateforme vient combler un gap le diagnostic des maladies infantiles car les molécules incontournables dans la détection des maladies à potentiel épidémiques », a expliqué le Pr Mboup. Il a assuré à la responsable du laboratoire de biologie moléculaire de Albert Royer de son soutien dans la certification et dans le transfert de certains échantillons contangieux.

Au nom du ministre de la Santé et de l’action social, Abdoulaye Diouf Sarr, le secrétaire général Alassane Mbengue a magnifié le dynamisme du Le Centre hospitalier national Albert Royer qui ne cesse d’améliorer son plateau technique en vue de satisfaire son public cible. En terminant, il n’a pas manqué de saluer l’excellence de la coopération avec les USA, notamment dans le domaine de la santé.

L’AS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here