«J’ai raté le vol avec un retard de 5 minutes », reconnait Madické Niang

La quête de suffrages des Sénégalais de l’extérieur n’est pas de tout repos pour Madické Niang. Malgré les crocs en jambes et les difficultés qui se dressent sur son chemin, le candidat de la coalition Madické 2019 est plus que déterminé dans sa quête du suffrage des Sénégalais au soir du 24 février 2019 pour devenir le 5ème Président du Sénégal.

C’est l’annonce faite dimanche 17 février 2019 devant le Salon d’honneur de l’Aéroport international Blaise Diagne (AIBD) de Diamniadio en provenance d’Italie après son meeting «spectaculaire» tenu, ce samedi 16 février dernier, dans la mythique salle de Brescia. Interrogé sur l’état d’esprit qui l’habite dans cette dernière ligne droite de la campagne, il souligne : «Je suis toujours déterminé. Ma candidature est aujourd’hui acceptée par tous. Tout le monde parle de ma candidature. Déjà c’est une étape très forte. J’ai des ralliements de partout. J’avais certes contacté beaucoup de leaders mais je n’avais pas misé sur leurs ralliements. J’ai surtout misé sur l’adhésion de leurs militants et des Sénégalais. Je suis totalement satisfait. De là où je viens, des militants de plusieurs partis m’ont rejoint et partout où je vais, il en est ainsi. Ce qui signifie que la coalition Madické 2019 s’agrandit de jour en jour. Cela nous permettra  au soir du 24 février d’être deuxième ou premier pour amener Macky Sall au minimum au deuxième tour».

Sur un tout autre registre, il est revenu sur les détails de son voyage en Italie. Et c’est pour dénoncer les difficultés auxquelles il fait face depuis sa déclaration de candidature. La nuit du vendredi au samedi, il l’a pratiquement passée   à l’aéroport pour chercher un moyen pour rejoindre Milan. C’est vers 5 heures du matin que des places se sont dégagées de la Ram pour Casablanca et rallier Milan. «Le voyage était très difficile à cause des problèmes que j’ai eus à Dakar avec la Compagnie Air Portugal», explique t- il. Avant de revenir à la charge : «J’ai raté le vol avec un retard de 5 minutes alors que la porte de l’avion n’était pas encore fermée. Ils ont considéré que l’heure c’était l’heure et qu’il fallait qu’ils partent. Je ne sais pas les motivations qui les ont amenés à se comporter ainsi».  Pour lui, son absence aurait été une déception que ne lui auraient pas pardonnée les Sénégalais de l’extérieur.  C’est pourquoi, explique-t- il, «il n’était pas question de renoncer. Je suis un homme d’abnégation et de détermination. Les Sénégalais m’attendaient de partout. Certains ont fait 7 heures de route. D’autres ont fait plus de 10 heures de train pour arriver. La salle mythique de Brescia était remplie. Les autres étaient obligés de rester dehors. L’objectif recherché a été atteint».

WalfQuotidien  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here