«Inévitablement, Thiès sera le centre névralgique du Sénégal», selon Abdou Mbow

Le vice-président à l’Assemblée Nationale n’est pas passé par quatre chemins pour donner son point de vue sur le futur de Thiès. A l’en croire, le gouvernement met tout en œuvre pour hisser la cité du rail à la dimension qui doit être la sienne, soutenant que Thiès sera inévitablement le centre névralgique du Sénégal.

«Sur instruction du Président Macky Sall, le Gouvernement travaille pour que les investissements au bénéfice de Thiès soient revus à la hausse et que les infrastructures soient réhabilitées». Ces propos sont du député Abdou Mbow, vice-président à l’Assemblée Nationale et responsable de l’Alliance Pour la République (Apr) à Thiès. C’était ce week-end à Diamaguène, lors de la cérémonie de remise d’attestations de certification des femmes et des jeunes de Thiès aux métiers de la transformation des produits céréaliers, en eau de javel et en horticulture, etc. «Inévitablement, Thiès sera le centre névralgique du Sénégal et la couleur est déjà annoncée», affirme-t-il en soutenant que les choses bougent très rapidement. Dans le domaine de l’enseignement supérieur, indique-t-il,  Thiès est déjà positionnée comme un pôle universitaire de grande importance car il abrite la deuxième faculté de médecine du Sénégal. A l’en croire, le Président Macky Sall s’est investi pour mettre les étudiants dans de bonnes conditions, d’où la construction de l’Espace Numérique Ouvert (ENO) et de l’Institut Supérieur d’Enseignement Professionnel (ISEP) de Thiès. Ces investissements vont dans le sens du développement du capital humain, un point stratégique du Plan Sénégal Emergent (PSE). C’est dans ce cadre que le député Abdou Mbow a offert des sessions de formation. Au total 60 femmes ont été formées, dont20 en transformation des fruits et légumes, 20 en transformation des céréales locales et 20 en fabrique d’eau de javel et de savon. En plus de cela, 100 autres femmes ont subi une formation en horticulture. Ces dernières, qui ont montré leur engagement à investir aussitôt la vie pratique pour créer de la richesse, ont reçu leurs attestations lors de cette cérémonie présidée par le Dr Cheikh Kanté, ministre en charge de la mise en œuvre du Plan Sénégal Émergent (PSE), et en présence de tous les responsables de la coalition Benno Bokk Yaakaar (Bby).

La cérémonie a servi également de cadre à Abdou Mbow pour octroyer divers matériels à des acteurs économiques locaux. Il s’agit de valises diagnostics destinées à deux groupes de 20 mécaniciens chacun. Selon Abdou Mbow, le premier groupe sera en formation dès ce jeudi, pour apprendre à manipuler ces appareils en vue de leur utilisation optimale dans le contexte actuel marqué par un développement de l’électronique. Il a également offert 15 kits coiffures pour les salons de coiffure, 2 postes soudure pour des menuisiers métalliques, du matériel de nettoiement pour 10 mosquées et 2 machines à coudre pour les cordonniers. Il a également procédé à la remise de 121 bourse d’étude aux étudiants.

Dans ce même sillage, il a annoncé l’ouverture prochaine d’un centre de formation en coupe et couture. Abdou Mbow a saisi l’occasion pour magnifier son appartenance à la famille des cordonniers. Lorsqu’il était étudiant à l’Université de Dakar, affirme-t-il, il fréquentait en même temps l’atelier de son père afin de fabriquer quelques paires de chaussure à écouler, dans le but d’arrondir ses fins de mois. Il a tenu à préciser qu’il n’a pas attendu cette période préélectorale pour poser ces actes en faveur des populations. «J’ai toujours accompagné les femmes et les jeunes dans le cadre des financements», dit-il.

C’est fort de tout cela que Cheikh Kanté, qui présidait la cérémonie, a déclaré : «ceux qui disent que le pays ne marche pas ont tort». A l’en croire, des réformes phares ont été réalisées dans le secteur de la formation professionnelle, qui constitue un des piliers fondamentaux de l’axe 2 du PSE. Avant 2012, les formations universitaires n’étaient pas adaptées à la structuration économique du pays et des correctifs ont été apportés à ces manquements pour le moins graves. «Toutes ces initiatives entrent dans le cadre de la volonté du président de la République de mettre définitivement le Sénégal sur les rampes de l’émergence. Parmi les engagements que le Président Sall avait pris pour les 10 premières années, il était question de multiplier par 1,5 le PIB sénégalais, par 1,5 le revenu par habitant, 2,5 les exploitations, de créer 600.000 emplois, d’opérationnaliser 27 projets phares et 17 réformes phares ; et en 5 ans, tout cela a été atteint»,  a soutenu Cheikh Kanté.

WalfQuotidien

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here