Validation de ses parrainages : Ousmane Sonko refuse d’écarter toute surprise

Aucune modalité précise n’est, selon l’opposition, définie pour une vérification orthodoxe des parrainages. Un fait qui pousse Ousmane Sonko à avoir sa tête sur ses épaules. Malgré la validation de ses parrainages par le Conseil constitutionnel, le président du Pastef reste vigilant et pense qu’il n’est pas encore à l’abri d’une surprise. Il l’a fait savoir lors d’un meeting hier aux Parcelles Assainies.

Une jeunesse conquise. C’est ce qu’on a constaté dimanche 30 décembre 2018 aux Parcelles Assainies. En effet, le leader des Patriotes a fait son discours devant un public relativement jeune et acquis à sa cause. Et comme à l’accoutumée, Ousmane Sonko a vertement critiqué le régime avant d’afficher la sérénité bien que ses parrainages aient été validés. «Ce n’est pas parce que vous avez le nombre de parrainages requis que forcement votre candidature est validée», dit-il avant d’alerter : «Nous avons des informations sur un certain nombre de velléités et de manœuvres pour empêcher des candidatures dont la nôtre». A l’en croire, le régime de Macky Sall est aux abois et a très bien compris les enjeux de cette élection. «Il mesure le degré de son impopularité auprès de la population et ne compte que sur des manœuvres pour écarter des candidats». Mais, Ousmane Sonko ne se fait pas de souci car la volonté populaire l’emporte toujours. «Et si Macky Sall pense qu’il va faire sortir les forces de l’ordre pour tirer sur les populations, il se trompe», indique l’ancien inspecteur des Impôts et Domaines qui, en outre, soutient que sa candidature est une demande sociale.

Par ailleurs, il promet de restaurer la dignité du pays. «Jusqu’à présent, on a des leaders complexés. C’est pourquoi, notre combat est pour la souveraineté nationale», affirme le parlementaire devant une jeunesse conquise.

Comme il fallait s’y attendre, le leader des Pastef a tenu à répondre à Madiambal Diagne qui s’en était virulemment pris à sa personne. «J’ai entendu un journaliste dire ce matin que je ne suis pas à l’abri d’une plainte, mais ce qu’il ne sait pas, c’est que j’ai écrit au procureur de la République depuis le mois d’avril pour lui faire part de ce vol de 94 milliards Fcfa de la part de Mamour Diallo», déclare Ousmane Sonko qui a également saisi l’OFNAC sur la même question.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here