L’Une des sœurs siamoises séparées n’est plus

Le centre Albert Royer est endeuillé. En effet, l’une des sœurs siamoises séparées récemment par une équipe du Centre hospitalier national d’enfants Albert Royer est décédée samedi, rapportent plusieurs journaux parus ce lundi 24 décembre 2018.

Dans un communiqué, le Centre hospitalier national d’enfants Albert Royer indique avoir, constaté, le samedi 22 décembre 2018 à 23h, « le décès du bébé Adja à l’âge de 52 jours soit 3 jours après l’opération de séparation des siamoises ».

« L’enfant a présenté une complication de sa cardiopathie et est décédé au cours d’une hémorragie digestive massive. Pour rappel, cette dernière avait une malformation cardiaque et un petit foie. Cet organe avait lié principalement les jumelles siamoises », selon le centre hospitalier.

« Sophie, l’autre jumelle est au 4ème jour après la séparation. Son état est satisfaisant. Nous ferons le point régulier de son état de santé. Prions pour elle ainsi que pour le repos de sa défunte jumelle », ajoute l’établissement.

Des chirurgiens de l’hôpital d’enfants Albert-Royer ont annoncé jeudi dernier avoir réussi à séparer avec succès des jumelles siamoises reliées à leur naissance par le sternum.

« Après 48 jours de vie, Sophie et Adja les jumelles siamoises nées à l’hôpital de Pikine, liées par le sternum, le péricarde (l’enveloppe du cœur) et principalement par leurs foies, ont été séparées avec succès », indiquait l’établissement dans un communiqué.

Il s’agit d’une opération d’une « extrême précision, effectuée pour la première fois à Albert-Royer au terme d’une procédure préparatoire de plusieurs semaines », expliquait le communiqué, soulignant que l’intervention chirurgicale, qui s’est déroulée mercredi, « avec succès », a duré plusieurs heures, au bloc opératoire du service de chirurgie du même hôpital.

L’opération a été menée par une équipe de six chirurgiens et de cinq anesthésistes dirigée par les professeurs Gabriel Ngom et Marie Ndoye, précise le communiqué. Il ajoute que « les patientes sont actuellement sous surveillance, en réanimation dans le même service ».

APS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here