SALIKEGNE : le Maire plaide pour l’érection du poste de santé en centre de santé

Maciré Souané, maire de Salikégné plaide pour que le poste de santé de sa commune soit érigé en centre de santé , ceci pour mieux prendre en charge les problèmes de santé des populations situées de part et d’autre de la frontière sénégalo-bissau-guinéeene.

« Les problèmes qui gangrènent notre poste de santé sont nombreux. Ils dépassent le fait d’hospitaliser des malades à même le sol ou sur des nattes qui n’est que passager », a expliqué M le Maire.

En plus du fait que de nos jours que le poste dépasse  ses capacités d’accueil à cause de la forte demande des populations de cette zone transfrontière, poursuit-t-il, «  Il y a la question de l’évacuation des malades que l’état de nos routes ne facilite pas ; à cela s’ajoute aussi le niveau faible  du plateau technique entre autres ».

 C’est pourquoi, il vient réitérer un vieux plaidoyer. « Nous demandons aux autorités sanitaires d’ériger le poste de santé en centre de santé. Puisque Salikégné se trouve à la porte du Sénégal. Les malades nous viennent de part et d’autre de la frontière. Nous sommes débordés. C’est difficile ».

Avant d’ajouter : « il nous faut aujourd’hui un centre de santé à l’image de Médina Yoro Foula qui se trouve dans une position géographique similaire,  c’est-à-dire proche de la frontière ».

C’est vrai, la santé est une compétence transférée, rappelle le maire. A  ce titre, « nous avons eu à appuyer et soutenir ce poste notamment la maternité que nous avons doté d’équipements ». Mais, « en tant qu’une commune rurale, nos moyens sont limités. Nous ne pouvons pas prendre totalement en charge les problèmes de santé de nos braves populations qui parfois nous arrivent en grand nombre en provenance des deux pays »

La réponse qui s’impose aujourd’hui, insite-t-il, « c’est l’érection du poste en centre de santé. Nous voulons que les autorités sanitaires nous aident dans ce sens».

Avant de conclure : « A Salikégné, on ne peut rien prévoir ici sans tenir compte des bissau-guinéens qui sont aussi nos frères ».

ismaila.mansaly@koldanews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

2 × quatre =