La UNE des journaux parus ce 16 octobre 2018

Les journaux parus mardi ce 16 octobre 2018 ont tous ou presque opté pour la diversité dans le traitement de l’actualité avec un léger penchant pour la politique, les faits de société et le dernier rapport de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac).

Le Quotidien met en exergue la politique en titrant à sa Une : « Sonko fusillé ». A travers ce titre, le journal se fait écho des réactions suscitées dans la classe politique par une sortie du leader du Pastef (Patriote du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité).

Dans une vidéo circulant sur les réseaux sociaux, Ousmane Sonko tient notamment des propos jugés désobligeants à l’encontre des différents chefs de l’Etat qui se sont succédé à la tête du pays depuis l’indépendance.

« La forte présence médiatique et dans les réseaux sociaux a des conséquences parfois fâcheuses. Hier c’était Idrissa Seck, Ousmane Sonko semble avoir pris le relaie. Et là, le leader de Pastef a passé le fusil au pouvoir et au PDS (Parti démocratique sénégalais, opposition) », souligne la publication qui rapporte dans ses colonnes, les prises de position engendrées par la sortie du jeune leader politique.

L’Observateur s’est également inscrit sur le registre des réactions en donnant la parole à Omar Sarr, secrétaire général adjoint du parti de l’ancien président Abdoulaye avec un jeu de mots à sa Une : « Sarr de combat ».

Le responsable libéral s’exprime notamment sur la crise qui secoue sa formation politique depuis l’annonce de la candidature de l’ancien président de son groupe parlementaire à l’Assemblée nationale, Madické Niang, à la prochaine élection présidentielle, alors que le parti persiste dans son choix de maintenir l’hypothétique candidature de Karim Wade.

« Madické Niang sait exactement ce qui est une séparation politique pour avoir milité et quitté le RND et PLP », fait-il savoir. Dans des propos rapportés par le journal, le maire de Dagana estime que le départ de plusieurs responsables n’a pas affaibli son parti.

« Les responsables libéraux choisissent leur camps », affiche Walf Quotidien en écho à cette crise qui mine le principal parti d’opposition.

« Les principaux ténors libéraux ont choisi le camp du Pape du Sopi (Surnom donné à Abdoulaye Wade). Aucun reponsable de haut rang n’est avec Madické Niang qui a décidé de défier la décision du part faisant de Karim Wade son candidat pour la présidentielle de 2019 », croit savoir le journal.

Sud Quotidien semble s’étonné de la longévité de la coalition présidentielle Benno Bok Yakaar en s’exclamant à sa Une : « Benno plie, mais ne rompt pas ! »

« Composé d’une centaine de partis politique, dont pas moins de douze coalitions, BBY semble battre le record de longévité et de diversité. Les différentes composantes de cette coalition formées en 2012, entre les deux tours de la présidentielle, pour soutenir Macky Sall, ont fait du président sortant leur candidat à la magistrature suprême pour 2019 », indique le journal dans ses colonnes.

« L’Ofnac impuissant », affiche de son côté La Tribune qui se fait écho des difficultés de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption à faire respecter la loi sur la déclaration de patrimoine assujettie aux agents et hautes fonctionnaires de l’Etat.

Seuls 453 agents et responsables sur les 800 auxquels cette loi s’impose ont déclaré leur patrimoine à la fin de l’année 2016, révèle la publication qui cite le document.

Analysant le volet financier abordé dans le rapport, Libération fait savoir que l’Ofnac enquête sur des soupçons de blanchiment de capitaux, de fraude fiscale et de transfert financier portant sur un montant de 40 milliards de francs.

Le Soleil, pour sa part, rend compte de l’inauguration lundi par le président de la République du Centre sectoriel de formation professionnelle aux métiers de la mécanique et des engins motorisés, et de l’Unité de formation professionnelle aux métiers de la maîtrise énergétique.

Pour le quotidien, ces infrastructures et d’autres en gestation feront de « Diamniadio, (un) futur pôle de formation pour accompagner le développement économique » du Sénégal.

Vox Populi a préféré entretenir ses lecteurs des difficultés de certains parents à payer des habits pour leurs enfants à l’occasion de la rentrée scolaire.

Il s’agit d’un dossier consacré à la friperie trouvée comme une parade à cette situation sous le titre « Quand le choix du +Fegg jaay+ (friperie) s’impose aux parents ».

APS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

cinq × 1 =