Des cas de dengue signalés à Fatick

La dengue a réapparu à Fatick. C’est la deuxième fois en l’espace de presqu’une année que des cas de dengue sont enregistrés à Fatick. Le médecin-chef de région, Dr Mamadou Sarr, qui assure que toutes les dispositions sont en train d’être prises pour prémunir les populations, invite ces dernières à ne pas s’inquiéter.

En effet, selon un communiqué publié mercredi dernier par les services du ministère de la Santé et de l’action sociale, 3 cas ont été recensés au poste de santé de Ndiaye-Ndiaye sis dans la commune de Fatick. Mais, pour le médecin-chef de région, qui a certainement pris conscience de la psychose que cette information pourrait installer au sein de la population, les gens n’ont pas du tout à s’alarmer. Puisque pour Dr Mamadou Sarr qui s’est entretenu hier avec Le Quotidien, il n’y a aucun cas grave parmi les trois qui ont été signalés. «Les deux cas sont du quartier de Ndiaye-Ndiaye et le troisième est du quartier de Mboubane et aucun d’entre eux n’a été hospitalisé. Ils ont été suivis régulièrement en rendez-vous et actuellement ils ne présentent plus aucun signe. D’ailleurs, parmi ces trois cas, il y a même une femme enceinte qui est régulièrement suivie en Consultation prénatale (Cpn) mais jusqu’à présent, elle ne présente aucun signe et il n’y a pas d’effets négatifs de la maladie ni sur sa grossesse encore moins sur son état de santé actuel», a rassuré Dr Sarr.

A l’endroit de ceux qui auraient désormais peur de se rendre au niveau dudit poste de santé, Dr Sarr les encourage plutôt à y aller. «Le poste de santé de Ndiaye-Ndiaye dont le travail de l’infirmière-chef de poste est à saluer, ne doit pas être incriminé», dit-il. Avant d’ajouter : «C’est un poste de surveillance sentinelle, c’est-à-dire un poste où la surveillance est accrue, régulière et suivie et où on surveille pratiquement toutes les fièvres, en plus même des maladies potentiellement épidémiologiques. Tout cas de fièvre détecté au poste de santé de Ndiaye-Ndiaye fait l’objet d’un prélèvement et d’une surveillance et c’est pour cette raison qu’il fait de bons résultats», a fait savoir Dr Sarr. Lequel a par ailleurs demandé aux populations de respecter certaines mesures préventives par exemple en détruisant toutes sources de prolifération de moustiques mais aussi et surtout en dormant sous une moustiquaire imprégnée.

Il faut noter que depuis hier, une mission d’investigation pluridisciplinaire du ministère de la Santé et de l’action sociale et qui est composée de biologistes, d’épidémiologistes, d’entomologistes et d’hygiénistes, entre autres, séjourne dans la capitale du Sine et ce jusqu’à demain samedi. Une façon de parer à toute éventualité.

WalfQuotidien

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

douze + 18 =