Le directeur de l’Ita salue la montée en puissance de l’agriculture au Sénégal

0
365

Pour améliorer les systèmes durables de production, l’Institut de technologie agroalimentaire (Ita) a mis en place une nouvelle initiative dénommée “formation à la carte”. Il s’agit d’une formation diversifié, accessible et de courte durée. Elle touche tous les domaines liés à l’agroalimentaire ainsi que le contrôle de qualité, la nutrition et la biotechnologie.

Selon Mamadou Amadou Seck, directeur général de l’Ita, si sa structure est arrivée à ce stade, c’est que le Sénégal est en train de devenir un pays exportateur. “L’agriculture est en train de monter en puissance alors que les gens ne s’en rendent pas compte. Aujourd’hui, nous avons atteint un record magique dans la production en céréale, particulièrement le riz”, fait-il savoir.
Mamadou Amadou Seck estime que l’importation de la céréale, qui tournait aux environs de 90 milliards, peut aujourd’hui enrichir le Sénégal s’il arrive à se nourrir de lui-même à travers la transformation agricole. “Aujourd’hui, les défis que nous avons c’est de transformer notre production de manière à ce que le Sénégal se nourrisse de lui-même”.
Aujourd’hui, face aux effets du changement climatique, qui se manifestent par divers phénomènes météorologiques, l’Ita a mis en place des méthodologies de conservation de toutes variétés qui pourront servir aux sénégalais durant toute une année. “Avec la coopération que nous avons avec l’ambassade de Thaïlande, nous avons installé un séchoir solaire à Keur Moussa qui est bien sécurisé”, a fait savoir Dr Seck.
Ainsi, l’Institut de technologie alimentaire contribue à renforcer les capacités et revenus de tous les acteurs liés au secteur de la transformation agricole notamment le lait, les céréales, les fruits et légumes, grâce à l’auto emploi-emploi des jeunes et à l’auto-création d’activités.
Mamadou Amadou Seck invite les sénégalais consommer local, particulièrement le riz. “Le riz local est un riz entier, il est de meilleur qualité. En termes de conservation, il est plus frais que le riz importé. C’est la même chose pour l’oignon”, dit-il.

Laisser un commentaire