Réaction de Mohamed Kane sur le procès des jeunes koldois : « Nous sommes satisfaits du verdict, mais … »

1

L’attaché de cabinet du Ministre de l’Environnement et du Développement Durable se félicite de la décision du tribunal de Grande Instance de Kolda qui a libéré ce mercredi la plupart des jeunes arrêtés suite aux émeutes survenues le 14 mars dernier à Kolda.

« Nous sommes vraiment satisfaits du verdict. Au regard des dégâts enregistrés lors de ces manifestations si on décide de libérer nos frères, on ne peut que s’en féliciter. C’est un verdict d’apaisement », a expliqué Mohamed Kane.

Il a, en outre, profité de cette occasion pour remercier les koldois qui se sont impliqués dans la résolution de cette douloureuse affaire notamment le premier magistrat de la ville qui, selon lui, n’a ménagé aucun effort,  depuis l’extérieur du pays,  pour « suivre cette affaire au quotidien et apporter son soutien au conducteur de Jakarta et sa cliente blessés au pont de Sinthiang Idrissa »

Toutefois, ce jeune leader n’a pas du tout aimé l’attitude de certains acteurs politiques qui cherchaient vaille que vaille à « politiser cette affaire » qui était pendante en justice. « Il n’y a pas de victoire politique à prendre ici », a-t-il martelé.

Avant de poursuivre que ceux-là qui ont voulu jouer la carte politique dans cette situation se sont trompés d’arène et d’ailleurs, précise-t-il, « ils ont tous échoué, leurs manœuvres n’ont pas eu les résultats escomptés »

S’adressant à ses camarades jeunes, Mohamed Kane les invite « à la discipline et à la voie du civisme ». Pour l’attaché de cabiné du MEDD, « il revient à nous autres jeunes de sauvegarder et de préserver les institutions que nous allons diriger demain ».

En conclusion, après ce procès « l’heure doit être maintenant au travail dans la discipline et l’unité pour faire émerger Kolda », a-t-il appelé.

ismaila.mansaly@koldanews.com

 

1 COMMENTAIRE

  1. Il est malhonnête de voir des personnes faire de la récupération politique aux vues et aux sus de tout le monde le travail fait par d’autres braves citoyens Koldois. Quand les émeutes ont éclaté aucune autorité n’a prononcé un seul mot 72 heures après. je dis bien aucune autorité: Gouverneur, Préfet, Commissaire, Président du Tribunal et encore moins le Maire de la Commune. Si j’étais à la place de dernier, j’allais laisser toutes mes activités pour venir apaiser la tension dans ma commune et cela quelque soit la mission que le Président de la République m’a confié parce que les citoyens de ma commune s’affrontent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here