L’Association Guné à la recherche de l’efficience et de l’efficacité

0

Le projet d’Amélioration de la Sécurité Alimentaire et de la Nutrition (ASAN) des populations de Saré  Bidji et de Dioulacolon, financé par Obra Social « la Caixa » d’Espagne, a démarré depuis maintenant un an, ses activités,  en octobre 2015. C’est un projet porté par l’Association Guné Kolda (AGK) en collaboration avec la Fondation Guné d’Espagne. La zone d’intervention du projet couvre les communes de Saré Bidji et de Dioulacolon.

Les activités sont mises en œuvre par une équipe technique composée d’un technicien en élevage, d’un technicien en agriculture, de deux animateurs et d’un ingénieur agronome. Cette équipe est relayée sur le terrain par 34 relais devant prendre en charge les activités  d’élevage,  d’agriculture et de nutrition.

Le projet ASAN comporte trois composantes essentielles : la production maraîchère, l’élevage de volaille et de petits ruminants et la nutrition. Les appuis du projet aux exploitations maraîchères et aux éleveuses (principalement) sont divers et s’inscrivent dans une dynamique durable.

Quand à la composante nutrition, il est question de travailler à un changement de comportement des populations pour arriver à une alimentation plus équilibrée et donc à une meilleure santé des  bénéficiaires en général et des enfants et des femmes en particulier ; ce qui nécessite un travail d’information, de communication et de suivi plus soutenu.

Dans sa stratégie d’intervention,  AGK privilégie la complémentarité entre acteurs locaux et mêmes internationaux (étroite collaboration avec la Fondation Guné d’Espagne). Ainsi, dès le démarrage des  activités du projet d’Amélioration de la Sécurité Alimentaire et de la Nutrition (ASAN), l’Association Guné Kolda  s’est engagée à rechercher un partenariat fécond avec différents acteurs terrain : USAID/Yaajeende, Child Fund, AVSF, les services de l’élevage et de l’agriculture, l’Agence Nationale du Conseil Agricole et Rural, la Région Médicale de Kolda, etc.

C’est ainsi que par exemple avec l’USAID/Yaajeende, un plan d’action commun est élaboré et à mettre en œuvre par les deux organisations ; le dispositif opérationnel mis en place par Child Fund (animateurs, relais et agents de santé communautaires) sera mis à contribution par AGK dans la mise en œuvre de la composante nutrition.

La Sécurité alimentaire et la Nutrition étant  des domaines transversaux et multi-sectoriels, il est essentiel de rechercher des synergies, des complémentarités avec tous les acteurs ; de partager les expériences vécues par les uns et les autres et de tirer les meilleures leçons possibles. Dans la mise en œuvre du projet ASAN, l’équipe technique d’AGK va s’investir dans cette quête permanente du partenariat fécond pour qu’au terme du projet dans deux ans, la démarche puisse être capitalisée et que les points forts (dont les innovations), les points faibles et des recommandations pertinentes puissent être portées à la connaissance de différents acteurs du développement. Cette capitalisation devrait ainsi permettre d’éviter les erreurs faites pendant la mise en œuvre du projet ASAN et de mieux s’imprégner des points forts dans la gestion future d’autres projets et programmes.

harouna.balde@koldanews.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here