Projet de l’Université du Futur Africain: la leçon d’ATEPA à l’IGE

0

Toujours selon le document détaillé concocté par ATEPA technolique pour répondre aux allégations du vérificateur général, il est question de l’Université du Futur Africain.

Selon ATEPA,  » les documents relatifs à ce projet sont également instructifs. Le contrat de base ne concernait que des études architecturales, fixées sur la base d’un taux de 5% du montant provisoirement évalué des travaux. Ce taux était celui le plus bas, prévu par la loi n° 77 02 du 03 janvier 1977 portant sur le barème applicable par l’ordre des architectes du Sénégal. Le préambule et l’article 8 dudit contrat disposait par ailleurs que ce montant était susceptible de variations en fonction des hypothèses de coûts réels du projet.

Par la suite, l’Etat a confié au même Cabinet ATEPA, en plus des études architecturales, les études techniques, le contrôle et la surveillance du chantier. Ce qui a naturellement justifié la signature de l’avenant n° 01, révisant les dispositions du contrat de base.

C’est ainsi que le montant provisoire des travaux fut arrêté à la somme de 14 milliards pour la première phase et celui des honoraires de l’Architecte, évalué à un pourcentage de 10% (1,4 milliards).

Le montant des études architecturales et techniques (70% des honoraires soit 980.000.000 FCFA) est ainsi réparti :

  • Etudes Architecturales : 4% montants travaux soit 560.000.000 FCFA.
  • Etudes structures (fondations, superstructures en BA ou autres) 3% du montant du gros œuvre soit 168.000.000 FCFA.
  • Etudes des lots techniques (Electricité, Plomberie, Climatisation), 3% du montant des lots techniques soit 189.000.000 FCFA.
  • Etudes VRD 2,5% du montant des VRD soit 63.000.000 FCFA.

Le montant pour le suivi des travaux, représentait 30% des honoraires soit la somme de 420.000.000 FCFA.

Il est bon de noter que le Cabinet ATEPA a assuré la surveillance des travaux pendant plus de 3 ans à Sébikotane, à 40 km de Dakar.

A ce jour, le cout global du projet est évalué à 30 milliards de francs FCFA et le Cabinet ATEPA a juridiquement le droit de réclamer, sur la base des documents contractuels, des honoraires à hauteur de 3 milliards de francs CFA.

Pour un traitement objectif de l’information, les documents contractuels des projets sont disponibles sur demande.

Sauf erreur de notre part le décret qui limite les avenants concerne les travaux et non les prestations intellectuelles que sont les études d’architecture et les études techniques.

Et pour terminer :

Aussi loin que remontent nos souvenirs de jeunesse, ils nous renvoient l’image sacrée de l’Inspection Générale d’Etat que nous appelions de son sigle IGE avec déférence et admiration. Pour nous, qui entrions dans la production à la fin des des années 70, c’était un joyau de notre haute administration, le nec plus ultra du contrôle d’Etat, le symbole de nos ambitions d’intégrité et d’exactitude. Ah ! le bon vieux temps…

Source: derniereminute.sn

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here