TAXAW TEMM : DEVOIR DE MEMOIRE ET IMPUNITE

0

Depuis quelque temps l’actualité politique et sociale est dominée par l’évocation d’affaires judiciaires passées par des hommes politiques et largement relayées par la presse. Il s’agit entre autres, de la loi Ezzan concernant notamment l’assassinat de Me Babacar SEYE vice président du Conseil Constitutionnel, et de la commémoration du décès du patriote Omar Blondin DIOP.

Depuis 1960, l’histoire politique de notre pays est jalonnée de violence et de meurtres politiques. Chronologiquement, on peut citer sous le régime du Président Léopold Sédar SENGHOR : l’assassinat du député Demba DIOP, l’exécution de Moustapha LO accusé de tentative d’assassinat sur la personne du Président SENGHOR, Omar Blondin DIOP décédé dans des circonstances très troublantes non encore élucidées, mais dont tout porte à croire qu’il s’agit d’un crime politique d’Etat, Alfousseynou CISSE, dirigeant étudiant des événements historiques de Mai 1968, arbitrairement enrôlé dans l’armée et tué à Santhiaba Mandjac lors d’un engagement de l’armée sénégalaise avec les forces colonialistes portugaises en Guinée BISSAU, sans oublier l’affaire du « coup d’Etat de 1962 » dont Mamadou DIA (ancien Président du Conseil), Valdiodio Ndiaye (ministre de l’intérieur de l’époque) qui, ainsi que tous leurs compagnons d’infortune, furent accusés et déportés. (Lire la suite…)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here