samedi, juin 15, 2024

Tambacounda : le Collectif pour la réhabilitation du Niokolo décide d’élargir la réflexion aux régions de Kédougou et Kolda

Ne ratez pas!

Tambacounda, 9 août (APS) – Le Collectif des associations de Tambacounda pour la réhabilitation du Parc national Niokolo-Koba (CATR/PNNK) a décidé samedi d’élargir la réflexion sur les perspectives de la gestion de ce site aux élus locaux et associations des régions de Kolda et Kédougou également riveraines de la réserve.


‘’Un comité d’organisation va fixer la date de la réunion de réflexion (et) sera chargé d’informer les autres localités de Kédougou Kolda et les 9 communautés rurales’’ situées dans la périphérie du parc, a indiqué Mbemba Doucouré, coordonnateur du collectif à l’issue d’une rencontre tenue à la mairie de Tambacounda.

Un autre comité scientifique qui sera mis en place réfléchira sur les termes de référence de la rencontre et la recherche de fonds, a ajouté M. Doucouré. ‘’Nous allons réfléchir, mais pas seulement avec les associtions de Tambacounda, mais avec les communautés rurales de Tambacounda, Kédougou, Kolda’’, avait-il précisé auparavant.

Cette décision a été prise suite à la recommandation du capitaine Ibrahima Guéye, chargé de la périphérie du parc, de ne pas limiter la réflexion à la seule région de Tambacounda, mais d’associer à travers des ‘’discussions interrégionales’’ les régions de Kédougou et Kolda.

Il s’agit notamment des élus locaux de ces régions et plus particulièrement les commissions environnement de leurs conseils ruraux respectifs. Il a invité les membres du collectif à ‘’discuter directement’’ avec les 9 communautés rurales qui constituent la périphérie du PNNK.

‘’Si vous voulez parler d’une seule et même voix, il faut le quitus de ces personnes qui ont été mandatées par les populations’’, a-t-il suggéré, promettant l’appui de son service dans ce sens, ‘’dans la limite de (ses) possibilités’’. D’ailleurs, le capitaine Guéye a relevé que ‘’la partie la plus importante du parc se trouve dans la région de Kédougou’’.

Définissant le contexte de la rencontre, le coordonnateur du collectif avait relevé qu’à l’issue de la marche organisée en février contre la privatisation du parc national de Niokolo-Koba, un mémorandum a été envoyé à la présidence. ‘’Nous n’avons toujours pas reçu de réponse’’, a-t-il noté.

Il a ajouté que le ministre de l’Environnement lors d’une rencontre sur les parcs nationaux à Mbour, avait indiqué qu’il n’était pas question de privatiser les parcs, mais plutôt de confier la gestion du parc, notamment le volet tourisme à des privés.

Certains membres du collectif qui ont vu dans ce ‘’changement de position’’ de l’Etat le fruit de la ‘’pression’’ des associations, ont jugé nécessaire d’anticiper sur la réflexion pour que la gestion du parc soit transférée aux organisations de la société civile, ou à défaut, qu’elles y soient impliquées.

 

ADI/ADC

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

La période de vérification reCAPTCHA a expiré. Veuillez recharger la page.

Articles récents

La Suède affirme qu’un avion russe a violé son espace aérien

Un avion russe de type SU-24 a violé vendredi l'espace aérien suédois à proximité de la stratégique île de...

Notre sélection pour vous