mardi, mai 21, 2024

4 lanceurs d’alerte préviennent de « graves problèmes » de sécurité sur des avions Boeing

Ne ratez pas!

Quatre lanceurs d’alerte, dont un ingénieur et des anciens employés de Boeing, ont témoigné mercredi devant une commission d’enquête du Sénat américain pour prévenir de « graves problèmes » de production des avions Boeing 737 MAX, 787 Dreamliner et 777.

« Je ne suis pas ici parce que j’ai envie d’être ici. Je suis ici parce que (…) je ne veux pas voir le crash d’un 787 ou d’un 777 », a déclaré devant les sénateurs Sam Salehpour, ingénieur qualité chez Boeing depuis dix-sept ans, disant avoir « de sérieuses inquiétudes concernant la sécurité du 787 » et du 777.

« J’ai été mis à l’écart. On m’a dit de la fermer, j’ai reçu des menaces physiques », a poursuivi l’ingénieur. « Si quelque chose m’arrive, je suis en paix, parce que j’ai le sentiment que, en témoignant ouvertement, je vais sauver de nombreuses vies ».

C’est un courrier de ses avocates, notamment à l’Agence américaine de régulation de l’aviation civile (FAA), qui est à l’origine de l’enquête sénatoriale.

L’audition de presque deux heures était la première d’une série au cours de laquelle des responsables de Boeing et de la FAA vont être appelés à témoigner, a précisé le sénateur démocrate Richard Blumenthal, président de la commission d’enquête.

Outre M. Salehpour, la commission d’enquête a également entendu Ed Pierson -un ancien responsable de Boeing notamment sur le programme du 737 MAX-, Joe Jacobsen -qui a travaillé 25 ans à la FAA après onze ans chez Boeing- et Shawn Pruchnicki -spécialiste en sécurité aérienne et ancien pilote de ligne.

« J’ai fait tout ce que j’ai pu pour dire au monde que le MAX n’était toujours pas sûr et pour alerter les autorités sur les dangers de la production de Boeing », a expliqué M. Pierson. Mais « rien n’a changé après les deux crashs » en 2018 et 2019.

Articles récents

Notre sélection pour vous