mercredi, avril 24, 2024

Blanchiment: le Kenya et la Namibie « sous surveillance renforcée », les Emirats retirés

Ne ratez pas!

Le Kenya et la Namibie ont été ajoutés vendredi à la liste grise de « surveillance renforcée » par l’organisme de lutte anti-blanchiment Gafi, tandis que les Emirats arabes unis en ont été retirés.

Les deux pays africains souffrent de « déficiences » dans leur politique de lutte anti-blanchiment, a annoncé le Gafi au cours d’une conférence de presse, et « ont convenu de plans d’action pour remédier à ces lacunes ».

La potentielle sortie des Emirats arabes unis de la liste grise, qu’ils avaient rejoint en mars 2022, était particulièrement attendue.

Au même titre que trois autres pays retirés de la liste grise (Barbade, Gibraltar et Ouganda), les Emirats ont pris « des mesures substantielles pour améliorer les systèmes de sécurité en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme », a estimé vendredi le Gafi.

Le riche Etat du Golfe, composé de sept émirats dont Dubaï et la capitale Abou Dhabi, est un important hub financier et commercial dans le Golfe et le monde. Mais il est depuis longtemps considéré comme un paradis fiscal et une plaque tournante du blanchiment d’argent.

Les Emirats arabes unis ont aussi attiré un grand nombre d’hommes d’affaires russes fuyant l’impact des sanctions occidentales après l’invasion en Ukraine, en particulier à Dubaï, suscitant les inquiétudes d’ONG et de spécialistes de la lutte contre le blanchiment.

Articles récents

Un chiffre d’affaires en hausse de 6% au 1er trimestre pour Melexis

Au premier trimestre de 2024, le chiffre d'affaires de Melexis a atteint 241,8 millions d'euros, soit une hausse de...

Notre sélection pour vous