samedi, février 24, 2024

Attaque au couteau à Paris: l’agresseur était soumis à un « suivi » psychiatrique, dit le ministre de la Santé français

Ne ratez pas!

Le ministre de la Santé Aurélien Rousseau a indiqué dimanche que l’assaillant qui a tué un touriste germano-philippin et blessé deux personnes samedi soir près de la Tour Eiffel à Paris était soumis à un « suivi » psychiatrique, sans hospitalisation. 

« A l’issue de sa période d’incarcération, il lui avait été ordonné d’être suivi » d’un point de vue psychiatrique, a expliqué le ministre sur France 3 au sujet de l’assaillant sorti de prison en 2020, de source proche du dossier, après une condamnation pour un projet d’attentat en 2016. 

« On a les premiers éléments, où il a (ce) suivi, puis il s’est installé dans un autre département. On est en train de reconstituer la suite des éléments », a précisé M. Rousseau, en soulignant qu’il était encore « trop tôt » pour avoir l’ensemble des informations.

« Il avait un suivi qui n’était pas un suivi où il devait être hospitalisé, il devait suivre un traitement », a relevé le ministre de la Santé. 

« Comme souvent dans ces affaires, s’entremêlent une idéologie, une personnalité influençable et malheureusement la psychiatrie. Même si on a largement renforcé depuis quelques années les liens entre psychiatres et les autorités qui suivent ces personnes radicalisées, ça ne nous permet pas de savoir quel est le jour et l’heure du passage à l’acte », a-t-il souligné. 

« Le parquet national antiterroriste (Pnat) est saisi, on va reconstituer heure par heure, on a commencé cette nuit, le parcours de cette personne », a-t-il observé.

L’assaillant, un homme français de 26 ans connu pour islamisme et troubles psychiatriques, s’est attaqué samedi soir à Paris à coups de couteau à un jeune touriste germano-philippin, qui est décédé, puis à deux autres personnes à coups de marteau, qui sont elles en « bonne santé » selon M. Rousseau. 

Le Pnat a indiqué à l’AFP avoir ouvert une enquête pour assassinat et tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste et pour association de malfaiteurs terroriste criminelle.

L’assaillant avait suivi un traitement médical psychiatrique tout au long de sa détention et après sa sortie. « Les premiers mois étaient encourageants », il semblait s’être « détaché de la religion » après sa remise en liberté, avait indiqué samedi soir une source sécuritaire.

Articles récents

Notre sélection pour vous