samedi, février 24, 2024

Une étude révèle l’absence de métaux lourds dans l’air autour de la gare centrale d’Anvers

Ne ratez pas!

Depuis quelque temps, les habitants du quartier de la gare d’Anvers s’inquiètent de la présence éventuelle de métaux lourds dans l’air. Une nouvelle enquête démontre à présent que l’air en est exempt, indique vendredi l’échevin anversois de l’Environnement Tom Meeuws (Vooruit).

Les riverains craignent depuis tout un temps que Value Trading, la raffinerie d’or implantée dans le quartier, ne soit à l’origine d’une pollution. La fonderie elle-même a toujours qualifié ces accusations d' »absurdes ». « Nous ne traitons pas le plomb et nous n’en émettons pas non plus », a déclaré l’entreprise. Value Trading a en outre indiqué que ses employés pouvaient présenter de bonnes analyses de sang.

L’été dernier, des taux élevés de plomb ont été mesurés dans le quartier de la gare à partir d’échantillons de sol (et non d’échantillons d’air, donc). La Société publique des déchets de la Région flamande, l’OVAM, chargée d’investiguer, a trouvé du cadmium, du plomb et du zinc, entre autres. Récemment, la ministre flamande de la Santé, Hilde Crevits (CD&V), a promis que le sang des enfants et des mères du quartier serait testé en ce qui concerne les taux de plomb.

L’échevin de l’Environnement Tom Meeuws a fait installer quatre jarres de dépôt supplémentaires –notamment au zoo et au parc communal– pour apaiser les inquiétudes. L’Agence flamande de l’environnement (VMM) utilise ces jarres pour mesurer les concentrations de métaux lourds dans l’air et dans les poussières qui tombent, afin d’obtenir une image de la qualité de l’air.

« Il en ressort qu’il n’y a actuellement pas de source (comme une entreprise, par exemple) qui rejette des métaux lourds », explique M. Meeuws. « Les valeurs ne sont en fait pas différentes de celles de la plupart des quartiers d’environnements urbains en Flandre, où il y a souvent une contamination historique.

Articles récents

Notre sélection pour vous