mercredi, juin 12, 2024

Soupçon d’incitation au génocide dans les médias russes

Ne ratez pas!

Un groupe d’enquêteurs de l’ONU a mis en garde lundi contre certains discours véhiculés par les médias russes qui pourraient constituer une « incitation au génocide » en Ukraine.

S’adressant au Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève, le président de la Commission d’enquête sur l’Ukraine, Erik Mose, s’est dit préoccupé « par les allégations de génocide en Ukraine », avertissant que « certains propos transmis par les médias russes et d’autres médias peuvent constituer une incitation au génocide ».

« La Commission poursuit ses investigations sur ces questions », a déclaré M. Mose.

Interrogé en conférence de presse sur ces allégations, il a fait preuve de prudence, assurant que la commission n’était pas encore parvenue à des conclusions.

La commission enquête également sur la cause de la rupture du barrage hydro-électrique de Kakhovka, situé dans une zone sous contrôle russe dans la région de Kherson (sud de l’Ukraine) le 6 juin, et sur son impact sur la population alors que des centaines de kilomètres carrés en aval avaient été inondés.

Moscou et Kiev se rejettent la responsabilité de cette destruction.

La Commission d’enquête sur l’Ukraine a été créée par le Conseil des droits de l’homme en mars 2022 pour examiner les violations présumées des droits humains et du droit international humanitaire depuis l’invasion russe, mais Moscou refuse de coopérer avec les enquêteurs.

En mars dernier, cette commission avait déjà affirmé que le transfert par la Russie d’enfants dans les zones sous son contrôle en Ukraine ainsi que sur son propre territoire constitue un « crime de guerre », et indiqué qu’elle enquêtait pour déterminer s’il s’agit d’un génocide.

Les enquêtes se poursuivent mais la commission regrette le manque de clarté et de transparence sur l’étendue, les circonstances et les catégories d’enfants transférés.

Articles récents

FedEx veut licencier 385 personnes en Belgique

L'entreprise de livraison FedEx a annoncé mercredi, lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire, son intention de licencier 385 personnes en...

Notre sélection pour vous