Coup d’Etat au Burkina – Burkina: la mission ouest-africaine repart « confiante » après sa visite post-coup d’Etat

Ne ratez pas!

(Belga) La mission ouest-africaine venue évaluer la situation au Burkina Faso, quelques jours après un deuxième coup d’Etat en huit mois, est repartie « confiante » mardi de Ouagadougou, où des manifestants s’étaient rassemblés pour la critiquer.

La mission de cette délégation de la Communauté des Etats d’Afrique de l’ouest (Cédéao) s’est achevée en fin d’après-midi. Elle lui a donné « l’occasion d’avoir deux rencontres importantes: une première avec les chefs traditionnels et religieux et la principale rencontre avec le capitaine Ibrahim Traoré », le nouvel homme fort du pays, a déclaré l’ancien président nigérien Mahamadou Issoufou, membre de la délégation et médiateur de la Cédéao pour le Burkina, qui a jugé que le pays avait été pendant le week-end « au bord du gouffre ». « Je suis totalement satisfait de l’entretien que j’ai eu avec le capitaine. Nous repartons confiants », a-t-il souligné, en assurant que la Cédéao allait « continuer à accompagner le peuple burkinabè dans cette épreuve très difficile qu’il traverse ». Les rencontres se sont tenues à l’aéroport de Ouagadougou où plusieurs dizaines de manifestants affichaient leur hostilité, brandissant des drapeaux russes et en scandant des slogans anti-France et anti-Cédéao. La délégation était arrivée mardi matin pour rencontrer le capitaine Traoré, qui a renversé vendredi le lieutenant-colonel Damiba, lui-même arrivé au pouvoir lors d’un putsch en janvier. Dans la soirée, le nouvel homme fort du Burkina Faso s’est félicité dans un communiqué du « dialogue fructueux » avec la délégation ouest-africaine, et assuré que Ouagadougou continuerait à respecter ses engagements pris sous M. Damiba vis-à-vis de la Cédéao. Les précédentes autorités s’étaient notamment engagées en juillet sur l’organisation d’élections et un retour de civils au pouvoir au plus tard en juillet 2024. (Belga)

Articles récents

Notre sélection pour vous