Etat civil en Casamance : la COSCPAC  plaide pour l’enrôlement des réfugiés « sans-papiers »

Ne ratez pas!

La coordination sous régionale des organisations de la société civile pour la paix en Casamance (COSCPAC) invite l’Etat à organiser une opération coup de poing pour faciliter l’accès à l’Etat-civil  aux réfugiés sénégalais « sans-papiers » basés en Gambie et en Guinée Bissau.

Le coordonnateur de la COSCPAC Henry Ndecky a fait le plaidoyer à l’occasion d’un atelier sous régional d’élaboration du plan stratégique financier de son organisation pour les cinq prochaines années. Atelier tenu les 20 et 21 septembre  à Kolda  en présence  des acteurs de la société civile  gambienne et bissau-guinéenne.

Au sujet de cette question préoccupante pour la COSCPAC, M Ndecky n’a pas manqué de   souligner le cas d’une jeune fille âgée de 35 ans aujourd’hui qui n’a aucun papier. Conséquence, « elle n’est ni gambienne, ni guinéenne, ni sénégalaise », a-t-il  poursuivi.

  Avant d’insister  pour le déplorer sur « la situation de ces enfants sans papiers  issus des familles des réfugiés » qui, dit-il, sont légion dans les pays voisins. Puisque certains d’entre eux  ont été rencontrés par les membres des  missions  que  la COSCPAC  a envoyées auprès de ces familles  dans la cadre de l’élaboration de la feuille de route pour le retour définitif de la paix.

Pour Henry Necky, on doit tout faire pour que ces enfants victimes du conflit en Casamance puissent être enregistrés à l’Etat-civil  afin qu’ils puissent exister juridiquement et avoir la nationalité sénégalaise.

ismaila.mansaly@koldanews.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles récents

Notre sélection pour vous