Remaniement ministériel : L’enseignement supérieur confié au Pr Moussa Baldé

Ne ratez pas!

Le Président Macky Sall a renouvelé  sa confiance à Moussa Baldé qui vient d’être nommé Ministre de l’enseignement supérieur après des années passées  à la tête de l’agriculture sénégalaise.

Une longévité gouvernementale qui s’explique par « ses excellents résultats réalisés dans le secteur de l’agriculture d’abord comme directeur général  de la Sodagri puis ministre ». S’y ajoute que l’enfant de Témento Samba a été « le principal artisan de l’invincibilité de la coalition présidentielle dans le département de Kolda lors des différentes échéances électorales», a rappelé pour s’en féliciter un membre de son équipe politique.

Avec cette nouvelle nomination, l’ancien MAER de Macky Sall ne sera pas en terrain inconnu. Ce membre de la communauté scientifique est vraiment  un homme du sérail.  Docteur en mathématiques appliquées, il  dirige  le Laboratoire de géométrie et applications de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad). Un poste à la hauteur de son parcours académique. Car, entré au département de mathématiques et informatique de l’Ucad en qualité d’assistant, le docteur est vite passé maître-assistant en 2001, puis maître de conférences en 2008.

Loin de s’arrêter en si bon chemin, l’universitaire Moussa Baldé fera son entrée comme chercheur associé au Centre international de physique théorique (Ictp) d’Italie. Il devient plus tard membre d’une autre structure de recherche : le Centre international de mathématiques pures et appliquées (Cimpa).

  Au sein de l’Apr, Moussa Baldé est non seulement membre de la Convergence des Cadres Républicains (Ccr), mais il est également désigné comme coordonnateur du Réseau des Universitaires républicains (Rur).

Avec cette nomination, son Fouladou natal applaudit pour cette confiance renouvelée. Cependant, les populations l’attendent surtout sur l’achèvement  du chantier du centre délocalisé de l’université Assane Seck de Ziguinchor à Kolda. Un chantier vieux d’une dizaine d’années dont les  lenteurs font que les  fils de la région continuèrent d’effectuer de longues distances pour poursuivre leurs études dans des conditions « extrêmement difficiles » au point que  certains d’entre eux préfèrent abandonner. Une question qu’il urge de régler au plus vite pour mettre fin à cette situation qui ne milite pas en faveur du respect du droit à l’éducation pour tous.

ismaila.mansaly@koldanews.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles récents

Notre sélection pour vous