dimanche, mai 29, 2022

Protection de l’enfant à Kolda : KISSAL plaide pour une meilleure prise en charge  des talibés.

Ne ratez pas!

 « Un talibé, une Ndèye Daara ». C’est le plaidoyer porté par l’association Kyrielle d’Initiatives pour la Solidarité et le Soutien des Alternatives Locales (KISSAL) pour améliorer les conditions de vie et d’apprentissage des enfants talibés au Fouladou.

 La journée nationale du talibé célébrée en différé le weekend dernier dans le village de Faraba situé à la périphérie de Kolda,  a été un moment de sensibilisation des communautés pour que ces enfants vulnérables puissent jouir de tous leurs droits comme leurs camarades inscrits dans les écoles publiques.

Pour le président de Kissal, « il est inadmissible que les talibés continuent d’apprendre et de vivre dans la misère au quotidien. Cela doit choquer la conscience de tout un chacun ». Donc,  « Il nous faut davantage être plus solidaire à l’égard de cette couche vulnérable », a appelé Sadio Diao avec insistance. Avant de saluer  le concept «  un talibé, une Ndèye Daara » lancé par le conférencier Sana Kandé un enseignant coranique, à l’occasion de cette journée.

Un concept qui rencontre l’adhésion de la présidence de KISSAL  étant donné que les marabouts sont pratiquement sans ressources pour assurer le minimum à leurs talibés. Ainsi, une implication plus accrue des femmes dans la prise en charge de ces enfants est souhaitée par l’administration  de Kissal et ses partenaires qui œuvrent pour enfance épanouie au Fouladou.

ismaila.mansaly@koldanews.com.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles récents

Notre sélection pour vous