Usurpation d’identité : La députée Yéya Diallo victime d’un escroc hors pair, des ministres et DG plumés, l’usurpateur placé sous mandat de dépôt

Ne ratez pas!
Se disant agent administratif en service au ministère de l’environnement et du développement durable, Cheikh Ndiaye, né le 30 septembre 1980 à Kaolack, est écroué depuis vendredi dernier pour escroquerie via les systèmes informatiques, mais aussi usurpation
d’identité et de fonctions.Libération révèle que des ministres et directeurs généraux de société publique ont été plumés par un escroc hors pair qui avait usurpé grâce à des complices recherchés, l’identité de la députée Yéya Diallo.

L’épouse de l’usurpateur retenue en garde à vue pour « nécessité d’enquête » a été finalement libérée. À charge pour elle de déférer à toute réquisition de la justice.

Selon les informations de Libération, en portant plainte devant la Division spéciale de cybersécurité (Dsc), Yéya Diallo a révélé aux policiers avoir reçu un appel du directeur général de l’Agriculture Oumar Sané, laissant penser qu’elle aurait sollicité ce dernier pour une aide financière.

Quand elle a joint Oumar Sané, le directeur de l’Agriculture lui a révélé avoir été contacté par le numéro 7725718.. qui, se présentant comme étant elle, sollicitait la somme de 50.000 Fcfa pour se rendre à Kédougou. Quelques jours plus tard, Yéya Diallo recevait des messages de condoléances de deux ministres « ayant appris finalement le décès de sa maman ». Ils lui confieront avoir envoyé au numéro en cause chacun 500.000 FCfa pour participer à l’évacuation supposée de sa maman.

Le directeur des transports routiers, Cheikh Omar Gaye, avait été aussi la cible du malfaiteur. Mais ce dernier, qui a compris l’arnaque, a immédiatement alerté la parlementaire qui a déposé plainte.

Le pistage du numéro incriminé, supporté par un téléphone de marque Itel 2160, a mené les enquêteurs de la Dsc à Keur Massar où ils ont interpellé, à la cité Sapco, Cheikh Ndiaye et son épouse A. Bocoum.

Le téléphone en cause retrouvé caché dans un sac de riz.

Interrogé sous le régime de la garde à vue, Cheikh Ndiaye a d’emblée précisé qu’il était agent administratif au ministère de l’Environnement et du développement durable avant de se lancer dans des dénégations. Or, les constatations techniques effectuées sur ses lignes téléphoniques ont confirmé qu’il est bien l’auteur principal des faits. Mieux, le mis en cause utilisait parfois le téléphone portable de son épouse pour mieux ferrer ses cibles.

Interpellé sur le téléphone de marque Itel, supportant le numéro incriminé, Cheikh Ndiaye a prétendu l’avoir vendu dans un marché noir, à Kaolack, pour la somme de 20.000 Fcfa, il y a de cela 45 jours. Par ailleurs, il a réfuté la paternité de la puce renfermant le numéro en cause qu’il a pourtant eu à insérer plusieurs fois dans le même téléphone portable qui a servi à passer des appels délictueux.

La perquisition effectuée au domicile de Cheikh Ndiaye a permis de retrouver le fameux téléphone, qu’il disait avoir vendu, soigneusement dissimulé dans un sac de riz, ainsi qu’une dateuse, un encrier et un gyrophare de couleur rouge. Mis en face de ces découvertes, Cheikh Ndiaye est passé aux aveux pour ensuite se confondre en excuses et regrets.

Malgré le désistement de Yéya Diallo, le parquet a ouvert une information judiciaire avant que Cheikh Ndiaye ne soit placé sous mandat de dépôt par le juge du premier cabinet, nous renseigne le quotidien Libération.

DakarActu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles récents

Notre sélection pour vous