OIT : La candidature de Kang Kyung-wha, un atout pour l’organisation ?

Ne ratez pas!
S’il y a un fait qui pourrait changer la donne dans la partie de l’Asie et par conséquent redéfinir la carte diplomatique et celle de la péninsule : c’est bien la candidature de l’ex- ministre des Affaires étrangères de la Corée du Sud au poste de président de l’Organisation internationale du travail (OIT).
Cette institution onusienne chargée de la promotion de la justice sociale et des droits du travail a assuré avoir finalisé les préparatifs de l’élection du prochain Directeur général qui aura lieu en 2022.
À soixante-six ans, Kang Kyung-wha la docteure en communication interculturelle a passé presque toute sa carrière professionnelle aux Nations Unies. D’abord en 2001 membre de la délégation diplomatique sud-coréenne à l’ONU, puis en 2005 comme Vice-Haut-Commissaire des Nations-Unies aux droits de l’homme, et de 2013 jusqu’en 2017 comme sous-Secrétaire générale au Bureau des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) et première conseillère spéciale pour les affaires politiques du secrétaire général de l’ONU.
Si elle est élue, elle sera la première asiatique et la première femme à diriger l’agence des Nations-Unies. « J’espère apporter à ce poste une perspective nouvelle, celle d’une femme leader issue de cette région et de ce pays. Mais je ne m’arrêterai pas là. Mon ambition pour l’OIT au cours du deuxième siècle est d’élargir son horizon et son impact pour gagner en pertinence universelle », avait-elle notamment déclaré dans un entretien.
Une touche pourrait jouer en sa faveur : le processus politique en cours en Corée du Sud qui a conduit à une série de réformes majeures communément appelé le New Deal à la coréenne.  Principalement axé sur les secteurs numérique et vert, l’orientation politique de Séoul vise à construire et sécuriser un meilleur avenir de travail dans un contexte post-Covid. En effet, la Corée du Sud a enregistré la meilleure performance économique des 37 membres de l’OCDE en 2020 malgré la crise économique et sanitaire.Cette dynamique émane de la ratification de trois instruments clés de l’OIT par la Corée du Sud ayant entrainé l’augmentation des échanges entre la Corée du Sud et ses partenaires asiatiques et européens.
Fort de son parcours exceptionnel dans les instances onusiennes, Kang Kyung-Wha, a l’aval du dirigeant sud-coréen qui estime à juste titre que la reprise de l’économie mondiale secouée par la crise devrait être « centrée sur l’humain tout en sécurisant les emplois. »
Mme Kang avait elle-même souligné que, dans un environnement du travail en rapide évolution, où l’on craint que les robots et les humains ne remplacent les travailleurs, l’OIT doit jouer un rôle essentiel.
À noter que le successeur de Guy Ryder sera connu lors de la 344ème session du Conseil d’administration de l’Oit qui se tiendra le 25 mars 2022.

DakarActu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles récents

Autonomisation économique des femmes à Kolda   : la Mairie forme une trentaine de femmes en techniques de micro-jardinage

Autonomisation économique des femmes à Kolda   : la Mairie forme une trentaine de femmes en techniques de micro-jardinage Une trentaine...

Notre sélection pour vous