MARCHE CONTRE UNE «JUSTICE À DEUX VITESSES» : Frapp et Y’en a marre envoient un signal fort au régime

Ne ratez pas!

Interdit la semaine dernière avant d’être autorisé, le rassemblement organisé hier par Frapp et Y’en a marre hier à la place Vieux Sing Sing Faye, a drainé du monde. Attendus à la manifestation, les leaders de la coalition Yewwi askan wi ont brillé par leur absence.

L’appel de « Frapp-France Dégage » et Y en a marre sous le slogan “Yoon a ngi jeng!” a été entendu hier. Plusieurs associations, collectifs de travailleurs et membres de la société civile ont envahi la mythique Place Vieux Sing Sing Faye pour dénoncer le mode de fonctionnement de la justice sénégalaise. Face à la foule majoritairement habillée en rouge, le Secrétaire administratif de « Frapp-France Dégage », n’a pas mâché ses mots. ‘’Quand une élite vole les ressources d’un pays, elle va nécessairement voler des élections. Quand une élite détourne les ressources d’un pays, elle va détourner la justice, la police et la gendarmerie’’, a déclaré Guy Marius Sagna. Poursuivant sa dénonciation sur le fonctionnement de la justice sénégalaise, l’activiste a indiqué que ‘’dans un régime qui fonctionne sur la base d’un système de prédation, nécessairement la justice se conforme à ce système ‘’. Pour lui, le Sénégal a besoin d’une justice au service du développement et de l’émergence. ‘’Une justice pour l’émergence est une justice qui protège les deniers publics, les agriculteurs et les éleveurs’’, soutient l’activiste. Imputant la plus grande responsabilité de cette situation de la justice au Président Macky Sall, l’activiste a souligné que les acteurs de la justice et le peuple ne sont pas pour autant indemnes de reproches. ‘’Il y a des magistrats et des juges qui refusent d’être indépendants. Honte à eux’’, fulmine-t-il. ‘’Qu’on se dise la vérité. Nous avons aussi une part de responsabilité. Nous devons nous battre pour une justice équitable’’, ajoute-t-il devant la foule venue répondre à l’appel.

‘’Nous avons affaire à un Etat qui ne respecte pas les droits des détenus’’

Auparavant, les représentants des différentes organisations qui ont pris part à cette manifestation ont étalé l’injustice qu’ils vivent dans leurs secteurs respectifs. Profitant de cette tribune, le président du Collectif des familles des détenus a vigoureusement dénoncé la violation des droits des prisonniers. ‘’Nous avons affaire à un Etat qui ne respecte pas les droits des détenus. Les longues détentions posent un sérieux problème dans ce pays’’, a dénoncé Babacar Coly. Qui ajoute : ‘’Nous sommes pour l’application de la loi, mais il faut le faire dans les règles de l’art. Nous voulons que la justice soit rendue dans les règles de l’art’’, ajoute Babacar Coly. Récemment victime de destruction de leurs panneaux, l’Association professionnelle des régies publicitaires du Sénégal a mis à profit cette manifestation pour dénoncer ce qu’elle qualifie d’injustice. Il en est de même pour le Collectif des travailleurs des centres de traitements des épidémies (CTE). Au nom de ce collectif, Elimane Fall a dénoncé la suppression des primes de motivation. L’Association des boulangers, le Collectif pour les intérêts de Médina Wandifa et d’autres associations ont tour à tour dénoncé l’injustice qu’ils vivent dans leurs secteurs. D’autres leaders comme Ameth Aïdara et Dame Mbodji ont aussi abondé dans le même sens. ‘’Celui à qui on a confié le pays veut le transformer en terre d’injustice’’, a dénoncé Dame Mbodji.

Quant aux leaders de Yewwi askan wi, Khalifa Sall, Ousmane Sonko, Dethié Fall…ils ont brillé de par leur absence, bien qu’ils étaient conviés à ce rassemblement par les initiateurs qui les ont rencontrés auparavant.

L’info

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles récents

Notre sélection pour vous